Crédit : USA TODAY Sports

Séries LNH 2019

David Savard : «On y croyait»

Publié | Mis à jour

Pour la première fois depuis leurs débuts dans la LNH en 2000-2001, les Blue Jackets de Columbus avaient enfin franchi le premier tour. Pour la première fois, cette équipe rêvait aussi d’un long parcours en séries.

Le slogan au Nationwide Arena était : «Le moment est arrivé». Mais les Bruins de Boston ont brisé les aspirations des Blue Jackets.

À VOIR : Tortorella ne veut rien savoir d’une victoire morale | Une pénalité qui fait réagir... Tortorella et «Bergy»!

«On y croyait, a dit le défenseur David Savard. On savait qu’on se retrouvait devant de grands défis. Après le Lightning, c’était les Bruins, deux très bonnes équipes. Nous avons très bien joué, mais nous n’avons pas gagné face aux Bruins.

«Tous les joueurs avaient accepté leur rôle au sein de l’équipe, a poursuivi Savard. Nous avions débloqué lors des dix derniers matchs de la saison. Nous savions que nous pouvions gagner contre toutes les équipes. Mais les Bruins ont eu le dernier mot.»

Règle à revoir

Au premier tour des séries, les Golden Knights de Vegas ont subi l’élimination dans la controverse lors du septième match contre les Sharks de San Jose. Sans une punition majeure à Cody Eakin, les Knights poursuivraient probablement encore leur parcours en séries.

Contrairement à Eakin, Charlie McAvoy méritait une punition de cinq minutes pour son coup à la tête contre Josh Anderson. Mais les arbitres n’ont jamais eu l’occasion de revoir ce jeu avec une reprise vidéo.

«Je crois que ce règlement devrait déjà exister, nous devrions avoir le droit de réviser un jeu dans le cas d’une punition majeure, a dit Savard. Ça se passe très vite sur la glace. Je ne veux pas trop donner mes commentaires sur la mise en échec. Nous avons tous vu qu’il l’a frappé à la tête.

«C’était un coup dangereux. Josh aurait pu être blessé, il a été chanceux de revenir dans la rencontre. Cette mise en échec a fait mal, le cours du match aurait pu changer si les arbitres lui avaient donné un cinq minutes.»

Malgré la déception d’une élimination au deuxième tour, Savard a gardé la tête bien haute.

«Nous nous sommes battus, a-t-il rappelé. C’est énorme pour l’organisation, ça faisait longtemps que nos partisans attendaient une équipe qui passerait enfin le premier tour. C’est quand même du positif.»