Séries LNH 2019

«Kekalainen n’est pas le seul à avoir perdu son pari»

Publié | Mis à jour

Jarmo Kekalainen a pris un audacieux pari en février. Son équipe a cependant été éliminée du portrait au deuxième tour des séries par les Bruins.

Est-ce que cela signifie que le directeur général des Blue Jackets a perdu son pari? Pas vraiment, croit l’analyste de TVA Sports Dany Dubé, qui a apporté quelques nuances à l’émission JiC, mardi.

Voyez cet intéressant segment dans la vidéo ci-dessus. 

«Il a perdu son pari, car ses transactions devaient amener les Jackets jusqu’en finale d’Association. Mais a-t-il vraiment perdu? Il était un peu coincé dans un étau, car deux de ses joueurs vedettes (Sergei Bobrovsky et Artemi Panarin) ne voulaient pas négocier avec l’équipe, a indiqué Dubé. Imaginez si ça s’était produit à Montréal!»

«Kekalainen était vraiment placé dans une situation particulière qui arrive très rarement. Il n’est pas le seul à avoir perdu. Les deux joueurs aussi parce qu’ils n’ont pas fait la démonstration qu’ils sont les joueurs qu’ils prétendent être», a-t-il ajouté.

Kekalainen a placé tous ses jetons au centre de la table pour vivre un printemps plus long à Columbus. À l’approche de la date limite des transactions, le Finlandais a pris une route à l’inverse de celle de Marc Bergevin en pigeant dans sa banque d’espoirs, mais surtout de choix pour obtenir du renfort à court terme.

Pour attirer Matt Duchene en Ohio, le DG des Jackets a donné un choix de premier tour en 2019 et les jeunes attaquants Vitaly Abramov et Jonathan Davidsson. Les Sénateurs pourraient également recevoir le choix de premier tour des Blue Jackets en 2020 si jamais Duchene décidait de poursuivre sa carrière à Columbus.

Kekalainen a aussi sacrifié des choix de deuxième tour en 2020 et 2021 en plus de céder Anthony Duclair, le mal-aimé de John Tortorella, aux Sénateurs pour obtenir Ryan Dzingel.

Le 1er juillet prochain, le visage des Blue Jackets pourrait changer catégoriquement. En plus de Duchene et Dzingel qui auront l’occasion de tester leur valeur sur le marché des joueurs autonomes, Sergeï Bobrovsky et Artemi Panarin ont aussi encerclé cette date depuis longtemps.