Crédit : Eric Bolte-USA TODAY Sports

MLS

MLS: l’importance d’un bon début de saison

MLS: l’importance d’un bon début de saison

Patrice Bernier

Publié 06 mai
Mis à jour 06 mai

Souvent, en MLS, on dit que les 10 derniers matchs d’une saison sont les plus cruciaux pour obtenir une place en éliminatoires. Or le portrait est pourtant déjà bien visible après les 10 premiers duels.

Lors des saisons 2015, 2016 et 2017, cinq des six équipes de l’Association de l’Est, à près du tiers de la saison, ont obtenu leur qualification. Et lors de ces trois campagnes, c’est Orlando City SC qui a écopé au profit, dans l’ordre chronologique, de l’Impact de Montréal, des Red Bulls de New York et d’Atlanta United FC.

Lors de la dernière saison, en 2018, ce sont quatre des six équipes de l’Est qui étaient bien positionnées après 10 rencontres qui se sont qualifiées. Encore une fois, Orlando City SC a connu une baisse de régime, tout comme le Revolution de la Nouvelle-Angleterre.

On se rend ainsi compte qu’il n’y a pas une grande fluctuation entre les équipes qualifiées et celles qui ne le sont pas. C’est donc important d’obtenir un maximum de points en début de campagne pour se construire une confiance. C’est exactement ce que fait l’Impact, malgré plusieurs matchs à l’étranger.

Dans le cas contraire, faire partie des équipes qui se qualifieront pour les séries devient plus difficile; il y a un effet de rattrapage qui joue comme agent négatif dans la tête des joueurs.

Mais, il peut y avoir des équipes Cendrillon, comme l’Impact en 2015, qui avait connu un mauvais début de saison, étant retardé par la Ligue des champions de la CONCACAF, ou les Sounders de Seattle, dans l’Ouest, en 2017 et 2018.

Maintenant, il ne reste qu’à voir si la tendance se maintiendra étant donné que cette saison, ce sont les sept premières équipes au classement de chaque association qui participeront aux éliminatoires, au lieu de six.

Surprenant, l’Union

Qui l’aurait cru? L’Union de Philadelphie, qui est entré en éliminatoire à la toute fin de la saison en 2018, trône au sommet du classement de l’Association de l’Est. Qui plus est, l’équipe de la Ville de l’Amour fraternel ne compte pas dans ses rangs de grosses vedettes comme Zlatan Ibrahimovic (Galaxy) ou Wayne Rooney (D.C. United).

C’est un pressing élevé et un jeu offensif vertical qui lui permet d’obtenir tant de succès.

Ce qui est plus impressionnant encore est l’efficacité des joueurs de réserve. David Accam, qui a amorcé quatre rencontres sur les huit qu’il a jouées, est le meilleur buteur (4) alors qu’Ilsinho a deux buts et trois passes décisives en neuf duels, dont trois amorcés. Et tout ça sans deux éléments importants en Marco Fabian (blessé ou suspendu), un joueur désigné, et Cory Burke (problèmes de visa).

Chose certaine, avec cinq victoires à ses six derniers matchs et 14 buts marqués contre cinq accordés, l’Union est en voiture.

Retour des Red Bulls et d’Atlanta United FC?

Les champions de la saison régulière 2018, les Red Bulls de New York, et ceux de la coupe MLS, Atlanta United FC, ont connu des débuts de saison plutôt ordinaires. Toutefois, les deux formations montrent des signes de vie.

Les Red Bulls ont remporté leurs deux dernières parties. Mais ce n’est plus la même équipe qu’auparavant. Bradley Wright-Phillips amorce moins régulièrement les rencontres. Est-ce dû à l’âge de l’attaquant, qui ne rajeunit pas? De plus, Tyler Adams, qui a quitté le club au profit du RB Leipzig, n’a pas été remplacé.

De son côté, Atlanta United FC a tous les atouts pour continuer leur remontée. Ezequiel Barco s’est bien acclimaté à la MLS et est un élément encore plus stimulateur, en ce moment, que Josef Martinez.

24 heures pour bouger

La fenêtre des transferts se fermera le 7 mai prochain. C’est donc dire qu’il ne reste que quelques heures aux équipes pour s'améliorer.

Déjà, quelques joueurs ont changé d’adresse comme David Guzman qui est passé des Timbers de Portland au Crew de Columbus. De son côté, Francisco Calvo a été échangé du Minnesota United au Fire de Chicago.

Et il y a aussi quelques rumeurs, dont celle qui enverrait Omar Gonzalez appuyer Alejandro Pozuelo avec le Toronto FC.

Je ne crois pas que l’Impact sera bien actif, mais sait-on jamais?

Finalement, un mot sur Ignacio Piatti qui ratera au moins les deux prochaines parties de l’Impact. On connaît la valeur de Piatti pour le Bleu-Blanc-Noir et la MLS en général. Mais l’Impact va bien en son absence, alors il est important de s’assurer qu’il revienne à 100 %.

Lorsqu’il reviendra, ceci pourrait être LA transaction des hommes de Rémi Garde.