LNH

Michel Bergeron critique le DG des Maple Leafs

TVA Sports et Agence QMI

Publié | Mis à jour

Le directeur général des Maple Leafs de Toronto, Kyle Dubas, a révélé au réseau TSN que l’entraîneur-chef Mike Babcock sera de retour en poste pour la saison 2019-2020..

«Nous sommes 100% avec Mike et il l’est également avec nous, a-t-il dit. Comme organisation, nous avons eu un entretien productif. Mike et moi avons aussi eu de très bonnes rencontres depuis la fin de la saison. Nous croyons dur comme fer que Mike est le leader qu’il nous faut.

«Il y a des éléments que nous avons besoin d’améliorer, a ajouté Dubas. Il y a des choses que nous devons faire afin de nous adapter et continuer notre progression. Comme organisation, nous croyons que nous pouvons le faire ensemble.»

Michel Bergeron dans l'incompréhension

L'ancien entraîneur de la LNH Michel Bergeron ne comprend pas pourquoi Dubas a attendu près de deux semaines après son bilan de saison pour donner l'heure juste sur son entraîneur.

«(Babcock) a signé un contrat de huit ans, mais ç’a pris 15 jours pour que le directeur général le confirme!», a déploré l’analyste de hockey à TVA Sports lors du segment «Sans filet», lundi, sur les ondes de TVA Sports.

«Probablement qu’entre le DG et (le président) Brendan Shanahan, on s’en est parlé et on s’est demandé "qu’est-ce qu’on fait avec notre p'tit king"?»

L’ex-pilote des Nordiques de Québec croit néanmoins que Babcock doit changer certaines habitudes devant les caméras et les micros, voir dans les bureaux de la haute direction.

«Je pense qu’ils veulent le voir moins expressif. Peut-être devra-t-il composer avec les dirigeants.»

En 2018-2019, Babcock a complété la quatrième année d’un contrat de huit ans qui lui rapporte 6,25 millions $ annuellement. L’homme de 56 ans a permis aux Leafs de maintenir une fiche de 46-28-0, ce qui leur a permis de finir au troisième rang de la section Atlantique.

La formation de la Ville Reine a cependant fait chou blanc en séries éliminatoires, baissant pavillon en sept parties face aux Bruins de Boston lors de la première ronde.

Il s’agissait de la deuxième fois en autant de danses printanières que ce scénario se produisait.