SPO-HOCKEY-LHJMQ

LHJMQ

Une longue amitié entre Félix Bibeau et Antoine Morand

Publié | Mis à jour

Il y a des amitiés qui ne durent qu’à l’enfance. D’autres qui traversent le temps. Celle liant Antoine Morand et Félix Bibeau, qui s’affrontent en finale de la Coupe du Président avec les Mooseheads de Halifax et les Huskies de Rouyn-Noranda, fait partie de la deuxième catégorie.

Si la demi-finale revêtait un caractère spécial pour Morand lorsqu’il se mesurait à Maxime Comtois, un ami de longue date repêché également par les Ducks d’Anaheim, ce l’est encore plus depuis le début des hostilités de la série ultime de la LHJMQ.

À lire également: l'effet Dobson se fait sentir

Les deux jeunes hommes de 19 ans ont fait connaissance à Mercier, en Montérégie, lorsqu’ils étaient de simples gamins qui rêvaient un jour de vivre des moments magiques sur la patinoire, acclamés par des milliers d’amateurs. Dans les deux cas, disons que c’est plutôt bien réussi jusqu’ici.

«Quand j’avais 5 ans, Félix est déménagé directement en avant de chez nous et c’est mon ami d’enfance. Ça va encore plus loin qu’avec Max. Ç’a commencé à la maternelle et on a toujours été dans la même classe et dans la même équipe de hockey», a raconté le capitaine des Mooseheads, qui a soulevé l’emblème de la suprématie du hockey junior québécois et la coupe Memorial dans l’uniforme du Titan d’Acadie-Bathurst, l’an passé.

La coupe Stanley de rue

En 2015, le duo a connu la gloire en remportant le championnat des séries midget AAA dans l’uniforme des Grenadiers de Châteauguay. Mais c’est bien des années plus tôt qu’ils ont remporté leur première coupe, celle que tous les enfants «fans» de hockey ont gagnée une fois dans leur vie.

«On jouait souvent des parties de hockey. Ensuite, il a déménagé, mais on a toujours habité proche l’un de l’autre dans le même quartier. On a fait des cabanes dans les arbres, on a fait plein de choses ensemble. On se voit tout le temps quand on peut. L’été, on passe beaucoup de temps ensemble», a renchéri Bibeau, l’un des principaux artisans des succès des Huskies ce printemps avec ses 14 buts et 26 points en 16 rencontres.

«On en a joué des parties quand on était jeune. Des fois, j’en gagnais, des fois, c’était lui. On essayait d’être dans la même équipe la plupart du temps, mais ce sont de bons souvenirs. On a joué beaucoup dans la rue», a lancé Morand avec le sourire.

Une pause

Le temps de la finale, et sans doute aussi durant le tournoi de la Coupe Memorial où leur équipe respective est assurée d’y participer, leur solide amitié a néanmoins été remisée. Un échange de messages textes avant le lancement pour s’encourager, et depuis, les communications sont au point mort.

«Nous sommes deux compétiteurs. On s’est parlé avant la série et depuis, on ne s’est pas reparlé. On va se reparler après la série. C’est important de mettre ça de côté pour cette série-là.»

«Je ne lui fera pas de cadeau, lui non plus, a reconnu le joueur des Huskies. On est deux gars comme ça, on veut gagner. On a gagné ensemble midget AAA et je sais que c’est un "gamer". On ne veut pas se laisser un pouce sur la glace.»

Le troisième épisode de la finale de la LHJMQ égale à une victoire de chaque côté aura lieu lundi soir au Scotiabank Centre de Halifax.