SPO-HKO-HKN-TORONTO-MAPLE-LEAFS-V-BOSTON-BRUINS---GAME-ONE

Crédit : AFP

Séries LNH 2019

L’extraterrestre de Dublin

Publié | Mis à jour

L’Ohio est d’abord un État reconnu pour son amour du football. On y trouve les Browns à Cleveland, plusieurs équipes de la NCAA, dont les Buckeyes d’Ohio State à Columbus, et le Temple de la renommée du football à Canton. Alors, lorsque Sean Kuraly a choisi la voie du hockey, ses amis l’ont regardé comme s’il venait d’une autre planète.

«C’était inusité. Personne ne comprenait trop pourquoi presque tous mes week-ends étaient occupés par des matchs ou des tournois de hockey. Les gens se demandaient ce que je faisais là», a raconté l’attaquant des Bruins, originaire de Dublin, une ville située à 22 minutes au nord de Columbus.

Le cas de Kuraly était d’autant plus curieux qu’il n’était pas attiré par le football. Il a joué au soccer, à la crosse et au baseball, mais n’a pratiquement jamais touché un ballon ovale.

«Je n’ai jamais joué au football. En fait, seulement une fois. J’avais pris part à un entraînement à l’école secondaire. Ça m’a suffi», a-t-il expliqué, à quelques heures du troisième affrontement contre les Blue Jackets.

Il faut dire que Kuraly tenait de quelqu’un. Son père, Rick, détient toujours le record de buts (101 buts en 145 matchs) chez les Redhawks de l’université de Miami en Ohio. Formation pour laquelle il a lui-même évolué pendant quatre saisons.

Une longue attente

Né en 1993, Kuraly est devenu un partisan des Blue Jackets dès leur entrée dans la LNH à l’automne 2000. À maintes reprises, il s’est présenté au Nationwide Arena pour encourager son joueur préféré, Rick Nash.

«C’était spécial de revenir ici pour les séries. C’est dans cet aréna que j’ai été exposé pour la première fois au hockey de la LNH.»

Il se rappelle leur première présence en séries éliminatoires, au printemps 2009. L’expérience avait été de courte durée. Les Blue Jackets avaient été balayés en quatre matchs par les Red Wings. N’empêche, il était tellement heureux d’enfin voir ses favoris prendre part au tournoi printanier.

«J’étais sur place à leur premier match éliminatoire. Je me souviens à quel point il y avait de l’effervescence dans la ville et à quel point c’était bruyant dans l’amphithéâtre.»

Un sport enfin reconnu

Dix ans plus tard, les Blue Jackets sont enfin parvenus à franchir le premier tour éliminatoire. Le hasard a voulu que l’un des cinq joueurs réguliers du circuit Bettman originaire de l’Ohio soit dans le camp adverse.

Bien que la victoire des Bruins soit son objectif principal, l’athlète de 26 ans ne cache pas qu’il est heureux de voir que le hockey prend de plus en plus sa place dans cet État.

Et Kuraly s’est fait plaisir en marquant, jeudi soir, au Nationwide Arena. Devant une foule record de 19 431 spectateurs.

«À l’époque, il fallait tracer la voie. Le football était omniprésent. C’est bien de voir tout le chemin que le hockey a parcouru», a indiqué Kuraly.