Crédit : AFP

Séries LNH 2019

Les Sharks incapables de contenir Nathan MacKinnon et Mikko Rantanen

Publié | Mis à jour

Les succès de l’Avalanche du Colorado lors des présentes séries éliminatoires de la Ligue nationale sont principalement dus au brio de leur duo composé de Nathan MacKinnon et Mikko Rantanen et les Sharks de San Jose peinent à trouver des solutions.

Tout comme il l’avait fait lors du deuxième match de cette série de deuxième tour, Nathan MacKinnon a inscrit le but gagnant de la rencontre. Touchant la cible à mi-chemin en deuxième période, le rapide attaquant a cette fois ouvert la marque et fait mal au club californien dans un match qui s’est terminé au compte de 3 à 0.

La série est ainsi égale avec deux victoires pour chaque clan.

«C’était l’une de ces parties au cours desquelles on sent que l’équipe qui inscrira le premier but va l’emporter, a concédé l’entraîneur-chef des Sharks Peter DeBoer au quotidien "San Jose Mercury News". Ils ont eu le but et l’énergie. C’est là que la rencontre s’est jouée.»

Rantanen a quant à lui récolté deux mentions d’aide dans la victoire. Ainsi, le Finlandais et MacKinnon se sont emparés du premier rang des pointeurs de la Ligue lors des éliminatoires en vertu d’une récolte de 13 points en neuf parties.

Trop de revirements

Face à un joueur explosif comme MacKinnon, il faut impérativement éviter les revirements. Les Sharks y sont parvenus lors du premier engagement, mais ils ont connu quelques ratés par la suite.

«Je pense que nous avons commis trop de revirements. Beaucoup trop, a dit Logan Couture. On leur a donné des buts avec des revirements dans notre zone en raison de mauvaises décisions avec la rondelle.»

Les Sharks ont ainsi raté une occasion d’acculer l’Avalanche au pied du mur au moment où la série se déplacera à San Jose, samedi. Et de l’avis de DeBoer, la couverture défensive n’est pas le seul élément à travailler.

En effet, en l’absence de Joe Pavelski, l’avantage numérique des Sharks n’a marqué qu’un seul but en 10 occasions avec un homme en plus.

«Il faut que [le jeu de puissance] se mette en marche, a acquiescé l’entraîneur. Il n’a pas été bon. Il nous manque Joe Pavelski, mais les autres joueurs doivent trouver le moyen de marquer.»

Quoi qu’il en soit, l’instructeur n’est pas trop inquiet. Après tout, son équipe disputera au besoin deux des trois prochaines rencontres devant ses partisans et il voit plusieurs bonnes choses dans le jeu des siens. Et Pavelski pourrait effectuer un retour au jeu prochainement.

«Je crois que tout va bien. Nous sommes en séries éliminatoires et la route est encore longue. Je ne crois pas que qui que ce soit est inquiet à propos de notre énergie.»