Journaliste

Crédit : Kevin Dubé

UFC

Le grand jour pour Marc-André Barriault

Publié | Mis à jour

OTTAWA - Marc-André Barriault ne savait pas exactement à quoi s’attendre en entrant dans le giron de l’UFC. Vendredi matin, quand il s’est présenté devant les caméras pour la pesée officielle et le face-à-face avec son adversaire Andrew Sanchez, un peu plus de 24 heures avant son premier combat chez l’UFC, il a reçu la confirmation qu’il était sur son «X».

«Je fitte là-dedans, je suis fait pour être là. Tantôt, j’étais assis à côté de Cub Swanson et c’est un gars comme un autre. Je le regarde, il passe à travers le même processus que moi. Je suis à ma place et je tripe au boutte.»

Barriault a fait osciller le pèse-personne à 185 lb vendredi matin, contre 184,5 lb pour Sanchez. Le Québécois a dû perdre un peu plus d’une dizaine de livres dans la nuit de jeudi à vendredi, ce qui a été, de son propre aveu, l’une des plus faciles coupes de poids qu’il a eu à effectuer.

Le face-à-face a par la suite été respectueux, les deux hommes se fixant dans les yeux pendant quelques secondes avant de se serrer la main, puis de quitter la salle.

«Je l’ai regardé dans les yeux. Je n’ai pas vu un homme confiant. Je ne me fie pas trop à cela, mais je pense que tout ça lui est rentré dedans plus que moi. Je ne pense pas que ce soit un travaillant autant que moi. Ça va paraître dans le combat», a-t-il ajouté, assurant que le plus gros stress était maintenant passé et qu’il s’en allait maintenant «s’amuser», samedi soir, lors de son combat prévu pour 20 h au centre Canadian Tire.

«IL PEUT ÊTRE CHAMPION»

S’il est nerveux, Barriault l’a très bien caché tant au cours de la pesée de vendredi que de sa rencontre avec le représentant du «Journal de Québec» après coup. En fait, tout le monde était très détendu dans son entourage, à commencer par ses deux entraîneurs Dany Laflamme et François Duguay.

«Marc-André a quelque chose qui ne s’apprend pas, estime Laflamme. Oui, il a une bonne force de frappe, mais, du stress, il n’en a pas. Le côté mental, dans ce sport, c’est à peu près 70 % du travail. Tu l’as ou pas. Il est capable de faire face à tout ça, les médias et la pression, et quand la soirée arrive, c’est un performeur. Il est fait pour ça.»

Cette attitude est ce qui pourra permettre à «PowerBar» d’atteindre les plus hauts sommets dans la catégorie des 185 lb de l’UFC, ajoute quant à lui Duguay.

«Il est capable d’être le champion de sa catégorie. Il frappe fort, mais il se distingue par son attitude et sa prestance. C’est un gars très réceptif, très cérébral. Il regarde, il analyse et il est toujours très focus.»

UNE BELLE CARRIÈRE

Selon le président de TKO et agent par intérim de Barriault, Stéphane Patry, il ne fait aucun doute que le combattant de 29 ans connaîtra une belle carrière dans l’UFC. Le fait que l’organisation le place déjà sur sa carte principale, à son premier combat, est un signe de la confiance qu’elle lui porte.

«Marc ne sera pas impressionné, même si c’est l’UFC. Je suis persuadé que ça va vraiment bien aller pour lui samedi soir. J’écoute certains spécialistes qui disent que, selon eux, Andrew Sanchez n’est pas un adversaire pour lui, et, selon moi, c’est tout le contraire. Sanchez est très fort en lutte, mais il est très unidimensionnel. En plus, il a tendance à baisser de régime après un round.»

Rappelons que le combat final de cette soirée mettra aux prises Al Iaquinta et Donald «Cowboy» Cerrone.

****************

LES ASTRES ALIGNÉS

Qu’on croie ou non au destin, il y a quelque chose de spécial dans tout ce qui entoure ce premier combat de Marc-André Barriault. Non seulement cela fera-t-il un an jour pour jour que Barriault a demandé la main de sa fiancée Jade Masson-Wong après sa victoire contre Brendan Kornberger, mais il se tiendra aussi à quelques pas d’où il a grandi, lui qui est né à Gatineau. Qui plus est, l’événement aura lieu au Centre Canadian Tire d’Ottawa, amphithéâtre auquel le père de Barriault, Doris, a participé à la construction dans les années 1990, en tant qu’ouvrier sur le chantier. «Il aura maintenant la chance de voir son fils s’y battre, c’est spécial», a-t-il commenté.

QUI SERA LE PROCHAIN?

Après Barriault samedi soir, un autre ancien de l’organisation TKO MMA, Charles Jourdain, fera ses débuts dans l’UFC le 18 mai prochain à Rochester. Il faudra toutefois patienter un peu avant de voir un autre membre de l’organisation dirigée par Stéphane Patry faire le saut dans le meilleur circuit d’arts martiaux mixtes au monde. Ce dernier a souvent répété ne pas avoir l’intention d’envoyer des combattants en bloc à l’UFC pour la simple et bonne raison qu’il doit conserver un bon produit dans son circuit. Cependant, le poids lourd Cyril Gane risque d’être le prochain à graduer. «Je dirais que la bave coule chez l’UFC quand on leur parle de Gane. Des poids lourds, il n’y en a pas beaucoup et comme je l’ai souvent dit, c’est le Connor McDavid des poids lourds. On ne le laissera pas aller avant l’été suivant (2020), alors l’UFC nous offrira peut-être des compensations d’ici là, on verra.»

LES CHIENS SONT LÀ!

Barriault et sa fiancée Jade Masson-Wong sont des amoureux des chiens et ils en ont trois qu’ils traînent à peu près partout. Masson-Wong est d’ailleurs débarquée avec les trois amis canins jeudi, mais elle a dû réserver une chambre ailleurs qu’à l’hôtel où sont logés les combattants de la carte de samedi, afin que les trois chiens puissent y séjourner! Pour ceux qui se le demandent, non, ils n’assisteront pas au combat de samedi soir!