LHJMQ

Benoit-Olivier Groulx transporte les Mooseheads

Publié | Mis à jour

Les Mooseheads d’Halifax n’avaient pas l’intention de retourner à la maison en retard dans la finale de la Coupe du Président contre les Huskies de Rouyn-Noranda. Plus opportunistes que la veille, les hommes d’Éric Veilleux ont empoché une importante victoire de 5-4 en deuxième prolongation grâce à Benoit-Olivier Groulx sur la petite patinoire de l’aréna Iamgold.

Groulx a marqué sur un tir sur réception sur le 54e lancer des siens à l’aide de la passe de Maxim Trépanier, jetant une douche d’eau froide dans le vieil amphithéâtre. Sur la séquence, le gardien des Huskies, Samuel Harvey, a touché à la rondelle qui a glissé lentement derrière lui. Le hockeyeur appartenant aux Ducks d’Anaheim a fini sa soirée avec deux buts. Raphaël Lavoie avait réussi le but égalisateur, son 19e en autant de sorties éliminatoires, dès le début du troisième tiers.

Cette série ultime de la LHJMQ au meilleur de sept rencontres est donc égale à 1-1 et se poursuivra lundi et mardi en Nouvelle-Écosse à l’occasion des troisième et quatrième actes au Scotiabank Centre. Il s’agissait de la quatrième plus longue partie en finale dans l’histoire du circuit Courteau qui célèbre cette saison son 50e anniversaire.

«Ce sont toujours de gros buts en prolongation, mais c’est fini et je me concentre sur le prochain match à Halifax, a commenté le héros de cette longue soirée devant la presse.

On a été capable de compétitionner avec eux. On est fier de notre match. C’est sûr que les jambes sont lourdes en début de prolongation, mais avec l’adrénaline sur le banc et sur la glace, ça aide à avoir des jambes.»

«Dans l’ensemble, on a bien joué, s’est réjoui le pilote des vainqueurs, Éric Veilleux, heureux que ses ouailles aient contrôlé leurs émotions après neuf pénalités la veille. C’est une grosse victoire. On sait tous que c’est très difficile gagner des matchs ici.»

Veilleux a eu de bons mots à l’égard de Groulx, qui a raté une bonne portion des séries en raison d’une mononucléose avant de revenir au jeu lors du troisième duel de la demi-finale contre Drummondville.

«Il y a une certaine progression, surtout dans sa confiance, de match en match depuis le match numéro trois qu’il a joué contre Drummondville, a dit l’entraîneur qui a employé son poulain dans 35 mises en jeu. Ce n’est pas évident quand tu n’as rien fait depuis cinq semaines, tu as une semaine d’entrainement et tu embarques en demi-finale. BO est un bon compétiteur et au début du match trois, quatre, cinq, il essayait de faire des choses et ça ne fonctionnait pas. Ça s’en vient tranquillement. Il a joué un bon match.

But refusé aux Huskies

En plus de provoquer l’impasse en l’emportant, les Mooseheads ont freiné à 11 la série victorieuse de leurs adversaires dans ce tournoi printanier à l'issue de cette guerre de tranchées. Ils n’avaient pas subi pareil sort depuis le quatrième duel de premier tour contre Shawinigan.

Les locaux ont dû se débrouiller sans leur vétéran arrière Jacob Neveu à partir du premier surtemps après qu’il eut reçu une rondelle en plein visage, le sang giclant sur la glace. Sa perte a forcé l’entraîneur Mario Pouliot à surtaxer le reste des membres de sa brigade. Neveu a subi des radiographies

Les Mooseheads ont eu chaud en troisième quand Joël Teasdale croyait avoir donné l’avance aux siens avant d’apercevoir aussitôt l’arbitre refusé le but puisque la cage était sortie de ses amarres. À mots couverts, l’entraîneur-chef des Huskies, Mario Pouliot, a suggéré qu’Alexis Gravel, auteur de 41 arrêts dans la victoire, a bougé intentionnellement le filet.

«Je vais faire vérifier avec nos gars [de la Ville] parce que les amarres n’ont pas l’air assez solides, a réfléchi à voix haute l’homme de hockey. Je pense que ça fait sept fois depuis le début de cette série que le but se déplace. Pour moi, sincèrement, ce n’était pas un accident. Pour moi, ce but-là aurait dû être accordé. Peut-être qu’on ne drille pas assez creux!» Faut-il lui rappeler la finale de 2016 dans ce même aréna ?

Le retour d’Abbandonato

Les Huskies auront joué à la cachette jusqu’à la fin dans le cas de leur vétéran Peter Abbandonato, qui combattait une mononucléose dans les dernières semaines. À la surprise générale, le meilleur pointeur en saison régulière a participé à la séance d’échauffement avant d’être de l’alignement officiel. Après seulement 21 jours d’absence. Ça en avait pris 37 pour Groulx, à titre de comparaison.

Utilisé de façon limitée à forces égales aux côtés d’Alex Beaucage et de Jakub Lauko, Abbandonato a aussi été employé sur l’avantage numérique où il a récolté une aide sur le but de Noah Dobson, le troisième des locaux. On sentait néanmoins qu’il n’était pas au sommet de son art.

En vitesse

C’était la première fois que la prolongation était nécessaire en finale depuis le septième et ultime match en 2015 où Michaël Joly avait offert le trophée à l’Océanic face aux Remparts...

Rafaël Harvey-Pinard, Jacob Neveu et Samuel Harvey, des Huskies, ont chacun reçu une bourse de 2500 $ de l’Alliance Sport-Études pour leur excellence académique... Blessé au dos lors du match inaugural, le défenseur Jocktan Chainey a été laissé de côté chez les Mooseheads... Contre toute attente, le Tchèque Marcel Barinka a effectué sa rentrée éliminatoire hier pour les visiteurs sur le quatrième trio. Ce dernier avait été prêté à son équipe nationale dans les dernières semaines pour participer au Championnat du monde des moins de 18 ans où il a bien fait en récoltant cinq points en autant de rencontres... Terminé l’écusson de la Coupe Memorial qui était cousu sur les chandails des clubs finalistes de la LHJMQ avant le début de la finale. Ils devront attendre le début du tournoi national avant de le voir apparaître sur leur uniforme...