Crédit : John Morris / Agence QMI

LHJMQ

Alexis Gravel fouetté par les critiques de Patrick Roy?

Publié | Mis à jour

Alexis Gravel n’est pas du genre à s’enfler la tête. Le gardien des Mooseheads de Halifax aurait toutefois de bonnes raisons de se bomber le torse puisque, chiffres à l’appui, il vit actuellement ses meilleurs moments dans l’uniforme blanc, rouge et vert.

Même si Gravel a connu quelques ennuis en début de première ronde face aux Remparts de Québec, l’espoir des Blackhawks de Chicago n’a jamais dérogé de sa stratégie habituelle.

Et ses efforts ont été récompensés à partir du sixième match de ce tour initial où il a commencé à tout arrêter.

«Je ne pense pas qu’il y ait eu de déclic, mais c’est sûr qu’on a mal parti contre Québec [0-2]. On sentait qu’il y avait un peu de pression et mon but, c’était d’y aller match par match. Comme j’y ai été toute l’année. Quand on a perdu les deux premiers matchs contre Québec, je ne me disais pas qu’il fallait gagner les deux prochains matchs. Dans ma tête, il fallait que j’arrête le prochain lancer. C’est de même que je vis ça», a expliqué Gravel avant le début de la finale.

Depuis ce fameux match numéro six contre la bande de Patrick Roy, le 1er avril, la fierté d’Asbestos affiche un taux d’efficacité de ,933 et une moyenne de buts alloués de 2,17 en 12 sorties (10-2), en excluant celle de jeudi soir.

Expérience profitable

Son entraîneur Éric Veilleux, qui n’a jamais songé à le retirer de sa cage après le début de tournoi printanier chaotique de sa troupe, a vanté son caractère.

«Contre Québec, ça ne roulait pas comme lui le voulait. Il y a beaucoup de crédit qui lui revient. Il s’est sorti de ça et il a recommencé à jouer comme il en est capable. Il est confiant présentement et il est dans sa zone», a souligné l’instructeur-chef des Mooseheads.

«Ça [ces séries], ça va l’aider dans sa carrière. Que ce soit pour la finale ou la coupe Memorial, ou même dans le futur. Ce n’était pas une situation idéale pour un jeune de 18 ans. Patrick [Roy] lui a donné du fil à retordre [avec ses déclarations] et je pense qu’il va ressortir grandi de cette première ronde.»