Séries LNH 2019

Barry Trotz y croit encore

Publié | Mis à jour

Les probabilités jouent contre les Islanders de New York, en retard 3-0 dans leur duel de deuxième tour contre les Hurricanes de la Caroline, mais ils tentent de garder le moral en attendant leur prochain et possiblement dernier match de la campagne.

Seulement quatre formations ont remporté une série après avoir concédé les trois premières parties dans l’histoire de la Ligue nationale. Les Islanders ont réussi le coup face aux Penguins de Pittsburgh, mais l’exploit date de 44 ans. Aussi, l’entraîneur-chef du club new-yorkais, Barry Trotz, ne veut pas entendre parler du passé et de la malchance. L’affrontement de vendredi est l’unique priorité à ses yeux.

«Nous avons obtenu le droit de jouer, donc continuons. Nous avons le dos au mur et il faudra offrir notre meilleur effort. Si nous ne le faisons pas, nous n’aurons plus ce droit de jouer, a-t-il commenté au site NHL.com. Les Hurricanes ont mérité leurs bonds favorables. [...] Nous avons bénéficié de quelques opportunités et nous devons travailler plus fort pour en générer davantage. On ne doit pas arrêter.»

«Vendredi, ce sera le quatrième match et on doit gagner, c’est tout. Il faut rester en vie», a de son côté mentionné le capitaine Anders Lee.

Encore de l’essence dans le réservoir?

Trotz est conscient de la tâche imposante qui attend ses hommes, mais il croit qu’ils batailleront avec acharnement.

«Une chose que je sais, c’est que ce groupe a été tenace toute l’année, a-t-il dit. Tout le monde a émis des doutes à son sujet, et ce, de différentes manières. Mais dans ce vestiaire, il n’y a pas de doute et j’ai confiance en eux. Ils donneront le meilleur d’eux-mêmes et si notre performance est suffisante, bien, nous aurons le droit de jouer encore. On ne peut pas regarder en arrière, nous ne pouvons plus modifier les éléments n’ayant pas été en notre faveur ou ce qu’on a mal effectué.»

Néanmoins, à peu près tous les observateurs accordent peu de chances aux Islanders de revenir dans cette série.

«Les Islanders ont été très actifs contre une équipe de la Caroline qui a toutefois été plus rapide. Ils n’ont à peu près rien fait face à Curtis McElhinney, un substitut qui est devenu, à 35 ans et 343 jours, le plus vieux gardien de l’histoire de la ligue à obtenir un premier départ en carrière en séries éliminatoires, a écrit le chroniqueur Larry Brooks, du quotidien "New York Post". Certains clubs font leur chance et créent des revirements. [...] Ce qui s’est passé, ce sont trois matchs pour trois défaites. Et ce n’est pas à cause d’un seul jeu, ni d’une seule erreur.»