Impact

«J'ai besoin de marquer!» - Maxi Urruti

«J'ai besoin de marquer!» - Maxi Urruti

Nicolas Martineau

Publié 01 mai
Mis à jour 01 mai

Personne ne peut douter de la solidité défensive de l’Impact, qui a obtenu 5 blanchissages au cours des 6 derniers matchs. Là où l’inquiétude se fait sentir, c’est devant.  

Depuis qu’Ignacio Piatti est blessé, la troupe de Rémi Garde a été limitée à 6 buts en 7 matchs.

L’attaquant Maximiliano Urruti est pointé du doigt, puisqu’en 9 matchs, l’attaquant de l’Impact n’a toujours pas marqué et il a été limité à 9 tirs. Il commence à ressentir beaucoup de pression.

«Je ne sais pas ce qui se passe, a-t-il avoué après l’entraînement mercredi. J’ai besoin de marquer, pour moi l’attaquant doit marquer.»

L’Argentin de 28 ans a été acquis par Rémi Garde cet hiver pour remplir le rôle d’attaquant numéro un du club... mais pour le moment, ce sont ses qualités défensives et ses efforts qui sont vantées.

«Pour moi, le premier défenseur est l’attaquant et je me donne à 100% pour l’équipe, a affirmé le principal intéressé dans un anglais plus que respectable.»

N’allez pas croire que ses coéquipiers ont lancé la serviette. Urruti travaille comme un chien enragé sur le terrain et son implication va plus loin que sur la feuille de pointage.

«Oui, c’est vrai qu’il n’a pas marqué cette saison, mais on voit tous le travail qu’il fournit devant, a expliqué le défenseur central Zakaria Diallo. Il fait un gros travail défensif et moi j’ai entièrement confiance en lui, je ne m’inquiète pas. Peut-être qu’il se pose des questions, c’est normal en tant qu’attaquant quand tu ne marques pas, mais ça va venir. Il n’est pas récompensé, mais s’il continue, il sera récompensé tôt ou tard.»

D’ailleurs, Urruti n’est pas le seul coupable de cette torpeur offensive.  À l’entraînement, mercredi matin, tous les joueurs ont profité de longs exercices de finition.

«C’est bien aussi de donner de la confiance, a lancé Diallo. Je pense que les joueurs offensifs ont peut-être demandé à avoir plus de travail devant le but et c’est important, ça donne de la confiance, il le faut.»

L’infirmerie déborde

Plusieurs joueurs importants manquaient à l’appel, mercredi matin, à l’entraînement.

Ignacio Piatti n’y était pas après avoir quitté prématurément la veille, embêté par une raideur musculaire. Saphir Taïder, Bacary Sagna, Clément Bayiha, Victor Cabrera, Clément Diop et Mathieu Choinière se sont aussi absentés.

La température et la faible qualité du terrain d’entraînement n’aident certainement pas la cause.

«Avec les terrains, c’est vrai que ce n’est pas facile, a expliqué Diallo. Mais il y a aussi les voyages. On a beaucoup été dans l’avion à attendre et ça joue beaucoup. Ça a touché certaines personnes, mais j’espère qu’on ne sera pas tous touchés par ça.»

Dans le rayon des bonnes nouvelles, le milieu de terrain Ken Krolicki semble fin prêt à revenir au jeu. Celui qui a subi une luxation du coude lors du camp préparatoire a recommencé à s’entraîner à plein régime, mais il doit attendre le feu vert du docteur avant de pouvoir jouer.