HKO-HKN-SPO-TORONTO-MAPLE-LEAFS-V-BOSTON-BRUINS---GAME-ONE

Crédit : AFP

Séries LNH 2019

Cinq fois où Brad Marchand a fait rager la planète hockey

Publié | Mis à jour

Brad Marchand n’a plus besoin de présentation.

S’il a atteint le plateau des 100 points pour la première fois à 30 ans, c’est surtout pour ses coups, de toutes sortes, que l’attaquant vedette des Bruins de Boston a hérité d’une réputation de fauteur de troubles.

Mercredi, Marchand s’est sauvé d’une nouvelle sanction du Département de la sécurité des joueurs avec un bête avertissement des bonzes de la LNH. La ligue a jugé bon de ne pas réprimander le joueur pour son coup de poing sournois derrière la tête du défenseur des Blue Jackets de Columbus Scott Harrington à la toute fin du troisième match de la série entre les deux équipes. Il aurait toutefois dû être pénalisé sur la séquence, aurait affirmé Gary Bettman.

Comme il l’avait fait en brisant le bâton de Cam Atkinson lors d’une mise en jeu vendredi dernier, Marchand n’a pas paru vouloir blesser son adversaire, mais plutôt le déranger, l’irriter, l’agacer, comme l'a précisé sur les médias sociaux Colby Armstrong, un ancien de la LNH.

La petite peste des Bruins n’est pas réputée que pour agacer l’adversaire. Le hic, c'est que Marchand tend souvent à jouer sur la fine ligne qui sépare ce qui est légal de ce qui ne l’est pas aux yeux des officiels et des bonzes de la Ligue nationale.

Le TVASports.ca a retracé cinq des coups les plus sournois de l'attaquant des Bruins dans la LNH. Il y en a déjà plusieurs parmi lesquels choisir comme le produit de la Nouvelle-Écosse a déjà été mis à l’amende huit fois, en plus d’être suspendu à six occasions.

5. Jake Dotchin frappé là où ça fait mal

Lors de la saison 2016-17, les Bruins avaient dû conclure le calendrier régulier sans les services de Marchand, suspendu deux parties pour avoir atteint le défenseur du Lightning de Tampa Bay Jake Dotchin dans l'entrejambe.

Expulsé de la partie à la toute fin du premier vingt, le natif d'Halifax avait répondu aux journalistes qu'il avait agi de façon égoïste. «On ne peut plus rien y faire [...] Certaines choses se produisent au hockey et, je le répète, les seules personnes qui me sont importantes dans ce monde sont mes coéquipiers et ma famille», avait-il expliqué, assurant que leur opinion était probablement différente de celle de l'amateur moyen.

4. Marcus Johansson victime d'une descente du coude

L'année dernière, Brad Marchand s'était improvisé étoile de la WWE en frappant du coude Marcus Johansson, qui évoluait alors avec les Devils du New Jersey.

Dans les deux dernières minutes de la rencontre, la petite peste des Bruins s'était dirigée au filet adverse pour tenter de récupérer un généreux retour de lancer accordé par le gardien Ken Appleby. En convergeant au filet, Marchand avait étiré son coude pour atteindre le Suédois à la tête. Le Département de la sécurité des joueurs l'avait durement réprimandé en lui accolant une suspension de cinq rencontres!

Johansson avait manqué plus de deux mois d'activités en raison d'une commotion cérébrale. Depuis, l'attaquant a rejoint son agresseur avec les Bruins pour se lancer à la quête d'un but commun : la coupe Stanley.

3. Gabriel Landeskog goûte à la vengeance de Marchand

En novembre 2015, la malicieuse vedette des Bruins avait été durement frappée par le capitaine de l'Avalanche, Gabriel Landeskog, en deuxième période. Son coup d'épaule avait drôlement ébranlé Marchand, qui s'est fait justice lui-même sur la même séquence.

Le numéro 63 des Bruins s'était approché du Suédois en l'interpellant, avant de lui assener un coup de poing sournois au visage, gants en mains.

2. Lars Eller battu avant même d'avoir jeté les gants

Au début de la dernière saison, les Capitals de Washington ont servi une véritable leçon de hockey aux Bruins qui s'est conclue par le pointage de 7 à 0. Lars Eller avait inscrit le dernier but des champions de la coupe Stanley, qui venaient tout juste de recevoir leur bague de championnat.

Le hic, c'est qu'Eller avait attisé la colère des Bruins en leur adressant quelques mots injurieux à mi-chemin en troisième période. Marchand l'avait incité à la bagarre trois minutes plus tard, se dépêchant de le rouer de coups avant même que le Danois ait eu le temps de jeter ses gants.

1. Marchand a goûté à son adversaire!

En mai dernier, la LNH avait dû servir un avertissement à l'attaquant vedette après qu'il eut léché Ryan Callahan, du Lightning de Tampa Bay, au deuxième tour des séries éliminatoires.

Marchand avait déjà sorti la langue pour agacer Leo Komarov, des Maple Leafs de Toronto, au premier tour de ces mêmes séries.

Le célèbre Don Cherry avait lui-même tourné la situation au ridicule avant de mettre en garde ceux qui tenteraient de s'en inspirer.

«C'était un baiser, seulement un baiser. Allez, c'était qu'un tout petit baiser. Il est de Montréal, c'est un french kiss, avait-il dit. Non, les enfants, ça ne se fait pas. Je ne sais pas pourquoi il agit ainsi!»