JiC

Un gardien des «Canes» pour seconder Price?

Publié | Mis à jour

Voici une piste de réflexion pour Marc Bergevin : payer pour les services d’un gardien auxiliaire de premier plan, mais à quel prix et qui ont les profils idéaux?

Voilà la problématique posée par l’animateur Jean-Charles Lajoie à sa quotidienne de mardi sur les ondes de TVA Sports.

Parmi les principaux candidats pouvant seconder Carey Price l’automne prochain, il y a les deux gardiens des Hurricanes de la Caroline : Petr Mrazek et Curtis McElhinney.

«Mrazek, ça fait rêver, s’est exclamé l’animateur de «JiC». Tu regardes le dossier et sa moyenne de buts alloués (2,39) et son taux d’efficacité (,914) qui est également au rendez-vous. J’aime son âge à 27 ans.»

Quant à l’autre qui complète le tandem à Raleigh, Jean-Charles Lajoie exprime des réserves.

«McElhinney, je ne veux pas faire de peine à personne... mais il aura 36 ans dans trois semaines. Pour moi, c’est terminé.»

Le coloré animateur croit aussi que, en dépit d’un salaire de 10,5 millions $, «si on était capable de limiter les départs de Price à 55 et pas en haut de 60, on ferait un bond vers l’avant. Mais aura-t-on les moyens de le faire?»

Lalime penche pour McElhinney

Invité à commenter le dossier dans le «Colisée», l’ex-gardien de la Ligue nationale Patrick Lalime ne partage pas le point de vue du modérateur à l’égard de l’aîné des cerbères des «Canes».

«Je n’exclurais pas l’idée d’embaucher McElhinney, a-t-il commenté. Je sais qu’il est vieux, mais je pense que c’est un vétéran dont ils ont besoin. Il y a un jeune qui poussera éventuellement. Si t’amènes un jeune de 25 ou 26 ans, il voudra la place du numéro un.

À l’inverse, un tel scénario permettrait à Price d’être fouetté par un gardien affamé.

«Ça prend quelqu’un qui connait son rôle, qui s’en vient à Montréal derrière Carey Price et qui est capable de le pousser. Mais ça prend quelqu’un qui a de l’expérience.»

Giguère : un ancien no 1, le profil idéal

L’ancien portier de la LNH Jean-Sébastien Giguère se remémore sa propre expérience en fin de carrière et croit qu’un ancien no 1 capable de gagner des matchs est l’auxiliaire idéal pour les Canadiens de Montréal.

«Lorsque je suis arrivé au Colorado, j’ai dit à Semyon Varlamov ‘inquiète-toi pas, je ne veux pas ton poste. Je suis content d’être numéro deux et t’épauler lorsque ça va moins bien.»

Si le nom de Cam Talbot, par exemple, en intrigue plusieurs, il ne faut pas penser qu’il visera forcément un rôle de réserviste avec sa prochaine équipe après un passage inégal chez les Oilers d’Edmonton et, plus récemment, les Flyers de Philadelphie.

«Je pense qu’à 31 ans, il voudra une autre chance d’être numéro un.»

Voyez le préambule et le segment «Le Colisée» à «JiC» dans la vidéo, ci-dessus.