Crédit : Martin Chevalier / JdeM

LNH

Pierre-Luc Dubois donne raison aux Blue Jackets

Pierre-Luc Dubois donne raison aux Blue Jackets

Félix Séguin

Publié 29 avril
Mis à jour 29 avril

Les Blue Jackets de Columbus ont surpris bien des observateurs en sélectionnant Pierre-Luc Dubois au troisième rang lors du repêchage de 2016.

Après le choix des Maple Leafs de Toronto (Auston Matthews) et celui des Jets de Winnipeg (Patrik Laine), plusieurs s’attendaient à ce que le directeur général des Blue Jackets, Jarmo Kekalainen choisisse Jesse Puljujarvi.

Premièrement, Kekalainen et Puljujarvi sont Finlandais. Deuxièmement, Puljujarvi venait d’être nommé le joueur par excellence au Championnat du monde junior avec une impressionnante récolte de 17 points, à l’âge de 17 ans, ce qui égalait les performances de Wayne Gretzky et Eric Lindros au même âge.

Bref, il était logique de juger que Puljujarvi soit le plus bel espoir après Matthews et Laine. À la surprise de bien des gens, les Blue Jackets ont plutôt décidé d’opter pour Dubois.

Trois ans plus tard, il faut reconnaître que les Blue Jackets ont eu du flair. Choisi après Dubois au repêchage, Puljujarvi tarde toujours à faire sa place avec les Oilers d’Edmonton alors que Dubois est devenu rapidement une pierre angulaire pour les Blue Jackets.

Dubois est le joueur de centre du premier trio de l’équipe. Après une saison de 20 buts à l’âge de 19 ans, le Québécois en a inscrit 27 à sa deuxième année à Columbus. De plus, Dubois joue un rôle important dans les succès des Blue Jackets en séries éliminatoires.

Dubois, un joueur entier

Ce qui m’a agréablement surpris dans le jeu de Pierre-Luc Dubois depuis le début des séries, c’est son intensité, sa combativité et son courage. Il frappe, il se fait frapper, il réplique et il ne s’en laisse pas imposer.

Marc-André Dumont connaît très bien Dubois. Dumont a été son entraîneur-chef pendant trois saisons lorsqu'il a joué pour les Screaming Eagles du Cap-Breton de 2014 à 2017. Dumont n’est pas surpris de voir Dubois jouer avec autant de fougue.

«Pierre-Luc était comme ça à l’âge de 16 ans. C’est un guerrier. Parfois, il fallait le retenir lorsqu’il jouait pour nous», m’a indiqué Dumont.

«C’est un gars émotif et entier. Il ne reculera devant personne. Ça, c’est certain», a-t-il ajouté.

À 20 ans seulement, Dubois représente le présent et l’avenir des Blue Jackets.