Columbus Blue Jackets v Boston Bruins - Game Two

Crédit : AFP

Séries LNH 2019

C'est la fièvre des séries à Columbus

Publié | Mis à jour

On s’est longtemps demandé si l’Ohio était un marché viable pour la LNH. Il faut dire que la région n’avait jamais vraiment eu l’occasion de faire ses preuves. Après l’expérience peu concluante des Barons de Cleveland, dans les années 1970, elle a dû patienter 18 saisons avant de voir les Blue Jackets remporter une première série.

Mais depuis, la troupe de John Tortorella constitue le sujet de discussion à la mode.

Partout en ville, les Blue Jackets ont la cote.

Des décorations ornent les environs du Nationwide Arena et des panneaux d’affichage rappellent que la fièvre des séries bat son plein.

«It’s time», peut-on lire un peu partout.

Les joueurs des Jackets ont compris que les partisans étaient bel et bien accrochés lorsqu’ils ont vu 6000 d’entre eux se présenter à l’intérieur de l’amphithéâtre, la semaine dernière, dans le cadre d’un match intraéquipe.

«C’était prévu à 11 h. Quand je suis arrivé à 9 h 20, il y avait déjà 500 personnes qui attendaient pour entrer. Cinq cents personnes arrivées avant moi pour une pratique», a lancé Pierre-Luc Dubois, encore incrédule.

Ne manquaient que les coups de canon.

Dubinsky en rajoute

Ces coups de canon, les tombeurs du Lightning espèrent que ce sera pour ce soir. Si l’on se fie à l’ambiance qui régnait lors du dernier match du premier tour, le nombre de décibels risque d’être élevé.

«Je ne me suis jamais retrouvé dans un aréna aussi bruyant que lorsqu’Artemi Panarin a marqué dans le filet désert [lors du quatrième match du premier tour]. J’ai hâte de voir à quoi ça va ressembler lorsqu’on sautera sur la patinoire», a mentionné Dubois.

Il faut dire que les Jackets ont su gâter leurs partisans au cours des dernières semaines. Si on recule jusqu’au 9 mars, ils présentent un dossier de 7-1-0 à domicile.

D’ailleurs, au terme de la seconde rencontre de cette confrontation, remportée en prolongation grâce au but de Matt Duchene, Brandon Dubinsky a souligné qu’il s’attendait à voir une foule plus bruyante que celle qu’il avait vue au TD Garden de Boston.

Histoire d’en rajouter, Dubinsky s’est présenté devant les médias, hier après-midi, coiffé d’une casquette des Bucks de Milwaukee.

Or, les Bucks croisent présentement le fer avec les Celtics de Boston, au deuxième tour des séries de la NBA.

«J’ai de la famille à Milwaukee. Je suis allé leur rendre visite dernièrement et j’ai ramené cette casquette», a-t-il offert comme explication boiteuse.

Pastrnak sur le troisième trio

Pendant ce temps, à Boston, les Bruins ont foulé la glace de leur centre d’entraînement avant de s’envoler vers Columbus. Surprise ! David Pastrnak évoluait sur la troisième unité, en compagnie de Charlie Coyle et Marcus Johansson.

Le Slovaque est à plat ces derniers temps. Depuis le début des éliminatoires, il a récolté sept points, dont trois buts. Toutefois, il n’a marqué qu’un seul but à ses cinq dernières rencontres. Un but chanceux qui a vu la rondelle dévier sur l’un de ses patins.

À ce moment, il évoluait justement avec Coyle et Johansson.

Cela dit, Bruce Cassidy n’a rien voulu confirmer en prévision de ce troisième match.

«Il a joué un peu avec eux l’autre soir, mais je crois qu’ils n’avaient jamais pratiqué ensemble. Alors, si on pense à la possibilité de les jumeler, ça ne ferait pas de tort de leur donner quelques répétitions», a indiqué l’entraîneur des Bruins aux membres de la presse bostonienne.