Columbus Blue Jackes v Tampa Bay Lightning - Game One

Crédit : AFP

Canadiens

Le CH, premier amour de Matt Duchene

Publié | Mis à jour

«Sur la glace, au coup de sifflet de l’arbitre, les deux équipes s’élançaient sur le disque. Nous étions cinq Maurice Richard contre cinq autres Maurice Richard à qui nous arrachions le disque.»

Quel garçon du Québec ayant grandi dans les années 1980 et 1990 n’a pas déjà entendu ce passage du livre de Roch Carrier? Tous, pratiquement sans exception, se sont déjà fait réciter ou ont déjà lu «Le chandail de hockey».

Comme Maurice Richard, ce livre fut si populaire qu’il est parvenu à franchir les frontières de la province. D’ailleurs, il a même inspiré un garçon ayant pourtant grandi à deux heures et demie de Toronto, en plein cœur de l’Ontario.

«Le chandail de hockey a toujours été l’un de mes livres préférés. Je l’ai même acheté à mon fils deux jours avant sa naissance», a raconté Duchene au représentant du «Journal de Montréal».

«C’est le premier cadeau que je lui ai fait. Je voulais qu’il puisse grandir en connaissant cette histoire, comme ce fut le cas pour moi, a-t-il poursuivi. Je lui ai même écrit une note à l’intérieur à propos du numéro 9 pour comprendre à quel point ce numéro nous a suivis.»

Issu d’une famille aux origines canadiennes-françaises, Duchene a toujours porté le numéro 9. Lorsque cela lui était impossible, comme ce fut le cas à Ottawa et Columbus, il s’assurait que le chiffre 9 soit présent dans son numéro.

À sa naissance, Duchene pesait 9 livres et 9 onces. Probablement un signe. Et comme si ce n’était pas suffisant, son fils, Beau, a vu le jour le 9 janvier 2019...

Partisan des Canadiens

Dans l’œuvre de Carrier, duquel l’ONF a tiré un court métrage en 1980, le héros se voit dans l’obligation de porter un chandail des Maple Leafs de Toronto à la suite d’une erreur de livraison. Duchene assure comprendre tout le désarroi du jeune garçon.

«Si j’avais eu à choisir, je n’aurais certainement pas porté un chandail des Leafs. Je l’aurais assurément vendu», a-t-il lancé dans un éclat de rire.

Il faut dire que, en raison de ses racines, l’attaquant des Blue Jackets a d’abord été un partisan des Canadiens.

«Mon grand-père et mon père ont toujours été des partisans des Canadiens. Je l’étais également... jusqu’à ce que Patrick Roy soit échangé au Colorado. C’est à ce moment que j’ai commencé à encourager l’Avalanche», a-t-il expliqué.

D’ailleurs, Duchene précise au passage que son père et son grand-père étaient au Forum le soir du dernier match de Roy avec un chandail bleu-blanc-rouge sur le dos.

Un environnement francophone

On disait donc que l’athlète de 28 ans était issu d’une famille francophone. À ce propos, il explique que grand-papa Émile et grand-maman Jane parlent encore un français fort respectable.

«Mes grands-parents Duchene habitaient dans la région de Kirkland Lake, un village dans le nord de l’Ontario, près de la frontière, à la hauteur de Rouyn-Noranda, a-t-il décrit. Plusieurs Duchene y sont encore établis, alors quand ils y retournent, ils parlent français sans problème.

«Mon père a complètement perdu le sien [son français] quand ils sont déménagés, lorsqu’il était enfant. C’est pour cette raison que je ne le parle pas du tout. J’aurais bien aimé le faire. Quand j’entends mon grand-père, j’essaie d’en attraper des bouts, mais c’est difficile», a mentionné le héros du deuxième match de la série contre les Bruins.

Duchene sera joueur autonome sans compensation au cours de l’été. Qui sait si un environnement francophone ne faciliterait pas son apprentissage...