Crédit : AFP

Séries LNH 2019

«C'est notre moteur» - John Tortorella

Publié | Mis à jour

Les Bruins de Boston ont le jeune Charlie McAvoy, le vieux Zdeno Chara, le rapide Torey Krug et le colosse Brandon Carlo, mais ils n’ont pas un défenseur complet comme Seth Jones, le meneur à la ligne bleue des Blue Jackets de Columbus.

Jones a joué un immense rôle dans la victoire de 3 à 2 en deuxième période de prolongation des Blue Jackets face aux Bruins, samedi, au TD Garden.

John Tortorella a pressé sur le citron avec son défenseur de 24 ans en l’utilisant environ 38 minutes, un sommet pour les deux équipes. Zach Werenski, le complice de Jones, a été le deuxième joueur le plus taxé dans ce match à 33 min 33 sec.

«Je me sens bien, j’ai de jeunes jambes, a répliqué Jones lorsque l’auteur de ces lignes lui a demandé s’il ressentait un peu de fatigue. Je dois faire mon travail, que ce soit défensivement ou offensivement.

«Quand l’entraîneur dit mon nom, je saute sur la glace. Je ne me pose pas de questions. Et je ne dirai jamais non à une présence de plus. Je me sentais bien sur la glace. J’ai fait de bons jeux et j’étais assez robuste.»

Jones n’a pas juste mangé des minutes. Il a aussi participé aux deux premiers buts des siens, les deux inscrits par Artemi Panarin. En six matchs depuis le début des séries, l’ancien des Predators de Nashville a maintenant huit points (2 buts, 6 aides) et il présente un différentiel de +3.

«Il a joué quelque chose comme 35 minutes [en fait, 38 minutes], a souligné Tortorella. Je l’ai trouvé très bon en fond de notre territoire, il était dans la face de ses adversaires et imbattable à un contre un.

«C’est notre moteur. Il nous montre le rythme à suivre. Il amasse les points, mais l’aspect de son jeu qui passe le plus inaperçu, c’est sa constance sur le plan défensif dans l’exécution de gros jeux à des moments cruciaux.»

Un phénomène rare

Le 6 janvier 2016, Jarmo Kekalainen a acquis Jones des Predators en échangeant le joueur de centre Ryan Johansen. C’était un échange de hockey, pour recycler l’expression.

À Nashville, David Poile se cherchait un centre numéro 1. À Columbus, Kekalainen avait besoin d’un défenseur numéro 1. Johansen avait été le quatrième choix au total à l’encan de 2010, Jones avait été le quatrième choix au total en 2013.

Plus de trois ans après cette transaction, les Blue Jackets se réjouissent de cette décision. Un jour, Jones pourrait écrire son nom sur le trophée Norris. C’est du moins la croyance parmi ses coéquipiers avec les Jackets.

«Seth a été incroyable pour nous depuis le début de la saison, a précisé Pierre-Luc Dubois. C’est un défenseur qui est proche de gagner le trophée Norris depuis quelques années.

«Quand tu regardes son côté offensif, il est super bon, mais il est aussi bon défensivement. Il est tellement intelligent. Il sait quand sauter dans l’attaque ou rester en recul. Il n’y a pas beaucoup de défenseurs comme lui dans la Ligue nationale.»

«C’est incroyable ce qu’il fait, a ajouté Matt Duchene. Je n’ai jamais vu un jeune défenseur avec un aussi bon équilibre entre son jeu offensif et défensif. Il génère de l’attaque sans jamais sacrifier son rendement dans son territoire. Il est réellement spécial. Il sera une grande vedette dans cette ligue pour longtemps.»

Le jeu du plus fort

Quelques minutes après la victoire des siens, samedi, Dubois avait perdu un peu sa voix. S’il ne parlait pas fort, il disait qu’il lui restait encore de l’essence dans son réservoir. Mais il restait ébahi par l’endurance de Jones lors de cette rencontre.

«Les deux, on s’agace souvent. Jones dit que c’est lui qui est le plus fort physiquement. J’aime croire que c’est moi. Mais je commence à penser que c’est peut-être lui.»

À 6 pi et 4 po et 210 lb, Jones a une charpente des plus impressionnantes. Il a aussi des qualités athlétiques rares. C’est le fils de «Popeye» Jones, un ancien de la NBA.