SPO-FOOTBALL-CARBINS-CALVILLO

Crédit : TOMA ICZKOVITS/AGENCE QMI

Football universitaire RSEQ

Carabins : c’est parti

Publié | Mis à jour

Les Carabins de l’Université de Montréal ont officiellement amorcé leurs activités en 2019, alors que leur camp de printemps s’est ouvert, dimanche soir, au CEPSUM.

C’est visiblement excité de reprendre l’action que l’entraîneur-chef des «Bleus», Danny Maciocia, a foulé le terrain des siens.

«C’est sûr que chaque année, c’est la période que nous attendions avec beaucoup d’impatience, a-t-il dit lors d’un entretien téléphonique. C’est une très longue saison morte et on a toujours hâte de passer du temps avec les nouveaux joueurs qui ont décidé de devenir des Carabins.»

Au rendez-vous printanier, ce sont 15 étudiants-athlètes sur 65 footballeurs qui ont revêtu l’uniforme des Carabins pour la première fois. De ce lot, quelques-uns devront remplir les souliers de vétérans qui ont terminé leur parcours au niveau universitaire.

À lire également: Calvillo et Maciocia, une association naturelle

S’ils sont plusieurs à avoir quitté à la suite de la campagne 2018, les deux gros noms qui retiennent l’attention sont le demi défensif François Hamel et le receveur de passes Régis Cibasu. Les deux hommes jouaient des rôles clés dans leur unité respective, mais également sur les unités spéciales.

À ce point-ci, il est évidemment difficile de nommer de jeunes joueurs qui pourraient avoir le même impact que ceux ayant quitté, mais quelques-uns semblent déjà avoir retenu l’attention de leurs entraîneurs.

En défensive

Maciocia n’est pas un adepte d’envoyer un jeune joueur sous les feux de la rampe, mais il a tout de même identifié deux nouvelles acquisitions en défensive.

Il a d’abord été très élogieux à l’endroit du demi défensif Kaylyn Smith St-Cyr.

«Je crois qu’il peut avoir un impact dès sa première année», a révélé l’entraîneur de 51 ans.

«Son père jouait pour les Alouettes de Montréal quand j’étais entraîneur là-bas en 1998. Il joue la même position que son père et tu vois qu’il a de belles habilités. Je suis convaincu qu’il fera des bonnes choses au niveau universitaire.»

Smith St-Cyr a brillé lors de son passage avec les Cheetahs de Vanier au niveau collégial. En 2018, il a réalisé 45,5 plaqués, dont 38 en solitaire et six interceptions.

Maciocia a ensuite indiqué que le secondeur Philippe Lavoie pourrait en surprendre plus d’un. Ce dernier a évolué avec les Gaillards du Cégep de Jonquière dans les dernières années.

«Il a joué en division trois avec Jonquière, mais il a fait l’équipe canadienne, a dit le pilote des Carabins. C’est tout un joueur de football. Je sais que les gens peuvent le dénigrer parce qu’il a joué dans une division inférieure, mais moi je ne porte pas attention à ça. Il a fait un choix afin de rester proche de sa famille. Lavoie a dominé partout où il est passé, même sur la scène nationale.»

En attaque

De l’autre côté du ballon, le coordonnateur offensif Gabriel Cousineau a bien voulu identifier deux nouveaux athlètes au futur prometteur.

Chez les receveurs de passes, Carl Chabot a retenu l’attention de l’ancien quart-arrière. À 5 pi 7 po et 175 lb, le jeune homme est loin du profil des grands receveurs, mais il possède bien des qualités selon son nouvel entraineur.

«Il n’est pas très grand, mais il est super vite et vraiment explosif. Dès qu’il touche le ballon, il est vraiment impressionnant à voir. Carl a une très grande agilité.»

Cousineau a aussi bien hâte de pouvoir utiliser les habilités d’un certain Jérémie Kankolongo, qui évolue comme porteur de ballon.

«C’est un jeune qui provient de la Colombie-Britannique et nous sommes vraiment heureux de l’avoir recruté. Jérémie est super explosif et quand nous le regardons, on se dit : "Ça, c’est un athlète". Il comprend vraiment le football.»

Kankolongo est reconnu pour être particulièrement physique et il est également capable d’attraper le ballon, quand on lui demande.