Impact

Omar Browne étouffe le Fire

Publié | Mis à jour

À son premier match avec l’Impact, Omar Browne s’est déjà gagné des nouveaux partisans en marquant l’unique but de la rencontre dans une victoire de 1 à 0 sur le Fire de Chicago, dimanche. Entré en fin de première demie pour remplacer Clément Bayiha blessé, Browne a soulevé le Stade Saputo en inscrivant son premier but dans la MLS à la 83e minute.

Browne a pris la balle sur la ligne de fond, a complètement endormi Jorge Corrales pour courir le long de la ligne de fond. Bastian Schweinsteiger a tenté de bloquer un premier tir, mais Browne a saisi la balle dans les airs pour battre David Ousted.

C’est tout ce que ça prenait pour semer la frénésie dans une foule qui attendait depuis près de deux heures d’être surprise par un match plutôt terne.

Belle reprise

Après un faux pas à Philadelphie il y a une semaine, l’Impact a enchaîné avec deux victoires consécutives, une première cette saison.

Dans les deux cas, le but vainqueur a été marqué dans le dernier quart d’heure de jeu, qui est le meilleur de l’équipe. De fait, l’Impact a marqué six de ses douze buts dans les quinze dernières minutes.

Qui plus est, le Bleu-Blanc-Noir vient de réaliser cinq jeux blancs à ses six dernières sorties, soit depuis la débandade de 7 à 1 à Kansas City.

«Il y a de la rigueur dans mon équipe. Les joueurs ont compris certains positionnements défensifs qui sont importants», a souligné Rémi Garde.

L’Impact se retrouve désormais au sommet de l’Association Est avec 17 points, à égalité avec D.C. United même s’il n’a joué que deux matchs sur dix à domicile et en ayant joué les sept dernières rencontres sans Ignacio Piatti.

Bon milieu

Le Fire a donné le ton au match en s’installant en milieu de terrain et il aura fallu un certain temps à l’Impact pour trouver les bons ajustements.

Rémi Garde a insisté pour que ses hommes exercent une pression plus profondément sur le Fire, ce qui a eu son effet.

N’empêche que la troupe de l’Illinois a su bien bloquer le jeu en zone centrale de sorte que l’Impact, malgré de bons moments de possession, a eu du mal à réellement briser les lignes défensives.

Pour preuve, malgré 57,5 % de possession du ballon en première demie, les quatre défenseurs ont fait partie des cinq joueurs ayant obtenu le plus de touches dans les 45 premières minutes.

Le Bleu-Blanc-Noir peut également dire un gros merci à Evan Bush qui a été très vif sur un bon tir de Nicolas Gaitan à la 6e minute. Le ballon a été repoussé dans les pieds de Nemanja Nikolic dont le tir a frappé le poteau droit. C’est finalement Samuel Piette qui a mis fin à la menace en dégageant la balle sur la ligne des buts.

Jackson en furie

On a eu droit à un moment surréaliste en fin de match, tout juste après le but de Browne.

Anthony Jackson-Hamel attendait d’entrer dans le match quand on l’a informé que c’est finalement Victor Cabrera qui serait le dernier substitut à entrer afin de préserver l’avance.

Furieux, Jackson-Hamel a remis son survêtement avec un langage non verbal qui en disait long pour ensuite prendre le chemin du vestiaire. Le gardien substitut, Clément Diop, est parti à sa suite pour le rejoindre dans le tunnel où il a pu le calmer et le convaincre de revenir s’asseoir avec ses coéquipiers.

«Je ne l’ai pas vu, j’avais déjà fait deux changements, a expliqué Rémi Garde. Il ne m’en restait plus qu’un et je ne voulais pas faire entrer Anthony trop tôt parce que j’avais des doutes sur un autre joueur.»

«Puis arrive le but et ça engendre une situation où je comprends la frustration, et Anthony a été très compréhensif.»