Les Partants

Samuel Piette affrontera l'une de ses idoles

Publié | Mis à jour

Sans faire de bruit, Samuel Piette a établi une marque avec l’Impact de Montréal, mercredi, chez le Revolution de la Nouvelle-Angleterre.

Le milieu défensif a alors été titulaire dans un 46e match consécutif.

Cette rencontre, rappelons-le, a été marquée par l’arrivée du Bleu-blanc-noir à Boston trois heures avant l’affrontement, qu’il a gagné 3-0.

«On a utilisé les circonstances comme source de motivation. Nous avons vu le match comme une situation où nous n’avions rien à perdre», a-t-il expliqué à l'émission «Les Partants», vendredi, sur les ondes de TVA Sports.

Un qui a fait la démonstration de cet état d’âme, c’est l’attaquant Anthony Jackson-Hamel. Le «Bombardier de Limoilou» a réalisé un doublé pour aider l’Impact à rentrer à Montréal avec une troisième récolte de trois points à l’étranger, cette saison (3-3-2).

«J’étais très content pour lui, a insisté Piette. C’est mon meilleur ami dans l’équipe et mon co-chambreur aussi. Je l’ai taquiné après le match. Je lui ai dit ‘c’est la résurrection de Jackson après une longue période sans marquer.»

«Ce n’est pas un hasard les deux buts. Il travaille très fort à l’entraînement et il a une bonne attitude.»

Selon Piette, tout malentendu avec Rémi Garde est chose du passé. L’entraîneur-chef a d’ailleurs fait l’éloge du joueur après le match de mercredi.

«Il connaît son rôle et il sait ce qu’il peut apporter à l’équipe. Ce n’est pas un changement d’attitude, mais bien la compréhension de son rôle.»

Schweinsteiger : une idole

L’Impact disputera un deuxième match en cinq jours dimanche, cette fois devant ses partisans. Le Fire de Chicago sera en ville pour ce match de six points.

C’est que les visiteurs (9 points) se rapprocheront à deux points des Montréalais s’ils l’emportent au stade Saputo.

Un des héros de Piette évolue avec cette formation : Bastian Schweinsteiger.

«C’est une idole pour moi. J’ai passé deux ans en Allemagne et c’est un dieu. Il est l’idole des jeunes. Je le regardais à la télévision là-bas. C’est assez spécial d’être sur le même terrain que lui.»

Toujours disponible

Piette a la qualité d’être toujours disponible. Le joueur originaire de Le Gardeur accepte constamment des demandes d’entrevues et des événements caritatifs. Dans ses temps libres, cependant, la préparation et la récupération sont essentielles à son rituel.

«Je vous dirais que je suis probablement un de ceux qui restent le plus longtemps après les matchs pour récupérer», explique-t-il.

«Mon corps, c’est mon outil de travail. Je dois en prendre soin.»

Sur le plan personnel, Piette, qui était de passage en studio après avoir assisté à son premier spectacle du Cirque du Soleil, la veille, dit avoir converti ses parents en amateurs de soccer.

Ils ont, depuis deux ans, le plaisir de voir jouer leur fils plus près de la maison que lorsqu’il a entamé sa carrière en Europe, ce qu’il a fait dès l’âge de 14 ans.

«Chaque match, je leur donne des billets. Ils me suivent. Je suis pas mal sûr qu’ils vont regarder cette entrevue.

«Ils sont très fiers. Je suis choyé d’avoir des parents comme ça.»