LHJMQ

Joël Teasdale, le plus productif

Joël Teasdale, le plus productif

Mikaël Lalancette

Publié 25 avril
Mis à jour 25 avril

Pour la deuxième fois en quatre ans, les Huskies de Rouyn-Noranda seront de la finale de la coupe du Président.

Je dois l’avouer, j’ai été un peu surpris de l’ampleur de la victoire de la troupe de Mario Pouliot.

Quatre victoires en quatre parties où l’Océanic n’aura été aux commandes qu’à de très brefs moments. Rouyn-Noranda a toujours rebondi et répondu dans les moments cruciaux de la série.

Rouyn-Noranda était pourtant privé du meilleur pointeur du circuit en saison régulière, Peter Abbandonato. Son absence n’a pas paru.

Le pilote des Huskies, Mario Pouliot, l’a admis en point de presse d’après-match : «Si on m’avait dit que ça finirait en quatre, j’aurais été très surpris.»

L’espoir des Canadiens de Montréal, Joël Teasdale, a été le plus productif de la série avec neuf points en quatre matchs, devançant Félix Bibeau, qui a brillé avec six buts, dont trois décisifs.

Confiance en Harvey

Quand c’était nécessaire, le gardien Samuel Harvey s’est dressé contre le gros trio de l’Océanic, qui a été limité à neuf points en quatre matchs.

Bref, les Huskies ont été impressionnants et convaincants. Ils seront reposés pour attaquer la finale, un aspect indéniable à ce moment-ci de l’année.

À Rimouski, le regard se tourne déjà vers l'an prochain. Les attentes seront énormes : Alexis Lafrenière en sera à sa dernière saison junior. Le DG de l'Océanic est déjà au travail pour mieux l'entourer l'an prochain.

Dans l’autre demi-finale, les Mooseheads de Halifax ont les Voltigeurs de Drummondville dans les câbles. Ils ont signé un troisième gain consécutif dans la série hier soir.

Même si les Voltigeurs ont perdu, ils ont tout de même connu de bons moments, mais ils se sont butés à Alexis Gravel (une moyenne de 2,26 et un taux d'efficacité de 0,935 dans cette série), qui est en pleine forme devant sa cage.

Voltigeurs : des points d'interrogation

On a beaucoup parlé des gros canons des Voltigeurs depuis deux semaines. Ce sont eux qui devront se lever dans les prochaines heures si Drummondville veut revenir dans la série.

Je ne suis pas rassuré par ce que j’ai vu des Voltigeurs, qui ont deux visages en séries : excellents à domicile (fiche de 7-1 : 40 buts marqués et 15 accordés) et très ordinaires sur la route (dossier de 2-4 : 18 buts marqués et 22 accordés).

En séries éliminatoires, c’est un signe de manque de caractère d’être incapable de gagner sur la route.

Si les Voltigeurs veulent accéder à la finale, ils devront trouver le moyen de gagner à Halifax.

Ils auront beaucoup de pression vendredi soir : une défaite en cinq parties laisserait un goût amer, une fin de parcours très décevante pour une équipe que certains voyaient remporter les grands honneurs.

Les Voltigeurs ne sont pas morts, mais ils ne sont pas forts. On verra la vraie nature de l'équipe dans les prochains jours.

À Rouyn-Noranda, les Huskies espèrent silencieusement une victoire des Mooseheads : le cas échéant, la troupe de Mario Pouliot obtiendrait automatiquement sa place dans le tournoi de la coupe Memorial dans un mois à Halifax.

Depuis 1994, c'est arrivé à quatre reprises que l'issue de la finale de la coupe du Président n'ait pas d'incidence sur le représentant de la LHJMQ à la coupe Memorial.

1994 : Laval (hôtes) et Chicoutimi (champions)
1997 : Hull (hôtes et champions) et Chicoutimi (finalistes)
2006 : Moncton (hôtes et champions) et Québec (finalistes)
2015 : Québec (hôtes) et Rimouski (champions)