AUTO-PRIX-CHN-F1

Crédit : AFP

F1

État des forces: Mercedes au sommet, Kimi Raikkonen en contrôle

Publié | Mis à jour

On attendait les Ferrari en Chine après qu'elles eurent démontré un rythme convaincant à Bahreïn, mais ce sont plutôt les Mercedes qui ont tiré leur épingle du jeu.

Jamais inquiétées, les «Flèches d’argent» ont ainsi signé un troisième doublé en autant de courses depuis le début de la saison de Formule 1, une première depuis 1992, lors d’un Grand Prix qui a surtout été marqué par des consignes d’équipe utilisées chez Ferrari.

Voici donc l’état des forces des pilotes de F1 mis à jour après l’étape chinoise. Pour établir ce classement, les performances des pilotes au cours des trois plus récents Grands Prix sont prises en compte.

 

1- Kimi Raikkonen, Alfa Romeo

Loin du jeu politique mené par les écuries de pointe et des directives d’équipe de Ferrari, Kimi Raikkonen semble avoir retrouvé le plaisir de piloter chez Alfa Roméo.

En Chine, l’aîné des pilotes a transformé une 13e place sur la grille de départ en neuvième place à l’arrivée, notamment à l’aide d’une stratégie à un seul arrêt. Il a entre autres doublé les deux Haas avant son arrêt aux puits, avant de dépasser une nouvelle fois Kevin Magnussen lors de son second relais.

En vertu du neuvième échelon, il est ainsi le seul pilote à avoir marquer des points lors des trois premières épreuves de la saison à l’extérieur du top 3 des écuries, formé par Ferrari, Mercedes et Red Bull

 

2- Lewis Hamilton, Mercedes

Après une première course plus difficile cette saison, le champion du monde en titre a signé un deuxième triomphe de suite pour prendre une première fois la tête du classement cette saison.

À Shanghai, le Britannique a dû concéder la position de tête à son coéquipier Valtteri Bottas par une marge minime de 23 millièmes de seconde. Il a toutefois pris les commandes de la course dès le départ et il n’a jamais été en danger par la suite.

 

3- Valtteri Bottas, Mercedes

Bottas a répété à maintes reprises qu’il voulait montrer cette année ce qu’il valait vraiment. Il est passé de la parole aux actes en Australie avec une victoire retentissante, avant de s’effacer un peu à Bahreïn. En Chine, il est revenu à la charge avec la position de tête, sa septième en carrière.

Le Finlandais a toutefois raté son départ et il n’a jamais été en mesure de mettre de la pression sur Hamilton ensuite. Il a toutefois permis à Mercedes de demeurer pratiquement parfait depuis le début de la campagne, puisque l'équipe n'a échappé que deux points sur une possibilité de 132.

 

4- Max Verstappen, Red Bull

La monoplace conçue par Red Bull cette saison semble tirer de l’arrière sur Ferrari et Mercedes, mais Max Verstappen parvient malgré tout à rester dans le sillon de ses rivaux lors de chaque course.

Qualifié cinquième en Asie, il est même parvenu à s’intercaler entre les deux voitures de la marque italienne en course, comme il l’avait fait en Australie. Et une fois de plus, il a servi une véritable correction à son coéquipier Pierre Gasly, qu’il a devancé par près d’une minute en course.

 

5- Nico Hulkenberg, Renault

Hulkenberg parvient à montrer qu’il peut tenir tête à son nouveau coéquipier Daniel Ricciardo, mais celui-ci semblait avoir un léger avantage en Chine. L’Allemand a toutefois été contraint à l’abandon pour une deuxième épreuve de suite, cette fois au moment où il roulait neuvième.

Quoi qu’il en soit, Hulkenberg, tout comme Ricciardo, a démontré que Renault pouvait se targuer d’être la quatrième force en présence cette année.

 

6- Alexander Albon, Toro Rosso

Celui ayant manifestement été repêché en urgence par la filiale de Red Bull après le départ-surprise de Ricciardo vers Renault cet hiver montre qu’il a tout le talent nécessaire pour obtenir des résultats probants en F1.

C’est une fois de plus ce qu’il a fait en Chine. Incapable de participer aux qualifications après avoir démoli sa monoplace lors de la troisième séance d’essais libres, Alexander Albon a dû prendre le départ de la ligne des puits. Qu’à cela ne tienne, une stratégie à un arrêt lui a permis d'obtenir le point de la 10e place.

 

7- Charles Leclerc, Ferrari

Devant faire une croix sur une victoire qui lui semblait acquise à Bahreïn en raison d’un pépin mécanique, Charles Leclerc a cette fois vu sa course gâchée par une directive d’équipe et une mauvaise stratégie.

Ferrari ayant décidé de miser sur le quadruple champion du monde Sebastian Vettel pour maximiser ses chances pour le titre, Leclerc, qui avait doublé Vettel après le départ depuis la quatrième place sur la grille, a reçu l’ordre de se ranger au 11e tour pour céder sa place.

La Scuderia a ensuite tenté de retarder son arrêt pour ralentir les Mercedes et permettre à Vettel de se rapprocher. Vettel n’a finalement jamais été en mesure de tenter quoi que ce soit aux dépens de Bottas et Leclerc a perdu la quatrième place au profit de Verstappen.

 

8- Sergio Perez, Racing Point

Pour une deuxième course d’affilée, Sergio Perez a complètement dominé le Québécois Lance Stroll.

Qualifié 12e, devant Stroll à la 16e place, Perez a gagné pas moins de quatre rangs au départ. Il a ensuite résisté aux assauts de Raikkonen lors de son deuxième relais pour décrocher une importante huitième position pour Racing Point.

 

9- Landon Norris, McLaren

Landon Norris a fait parler son talent lors des deux premières étapes du calendrier, mais les choses se sont compliquées en sol chinois.

Ne signant que le 15e temps en qualification, à près d’une demi-seconde de son coéquipier Carlos Sainz, la recrue a vu sa course prendre un tournant difficile lors du premier tour en raison d’une collision avec Sainz et Kevin Magnussen.

Malgré de gros dommages au fond plat de sa voiture, il a été en mesure de continuer jusqu’au 50e tour. Il s’est retiré par la suite.

 

10- Daniel Ricciardo, Renault

À sa troisième course avec Renault, Ricciardo a enfin vu le fil d’arrivée. Et il l’a fait de belle façon, décrochant la septième place, soit le premier échelon derrière les écuries de pointe.