Remparts vs Halifax

Crédit : Simon Clark/Agence QMI

LHJMQ

Une année en montagnes russes pour Xavier Parent

Publié | Mis à jour

L’attaquant des Mooseheads de Halifax Xavier Parent a appris la signification du mot «adversité» cette saison. C’est le moins qu’on puisse dire.

Habitué de dominer – il l’a fait à peu près partout où il est passé au hockey mineur –, Parent a montré des chiffres bien modestes à Halifax cette saison, sa deuxième dans le circuit Courteau. À 16 ans, l’an dernier, il avait inscrit 29 points en 63 matchs, puis il avait connu d’excellents moments en séries éliminatoires avec une récolte de 11 points en neuf parties.

Le quatrième choix au total du repêchage de 2017 dans la LHJMQ avait ensuite transporté cette confiance à la Coupe Hlinka-Gretzky, en août dernier, tournoi au cours duquel il avait contribué à la conquête de l’or du Canada avec trois points en cinq parties.

De retour à Halifax pour sa deuxième saison, il avait ensuite commencé l’année sur les chapeaux de roue, récoltant sept points à ses six premières parties.

Par la suite, outre une séquence de huit points en huit matchs en octobre, ce fut le calme plat. Parent n’a jamais réellement été en mesure de trouver sa touche offensive dans une année où il lui était impératif de le faire : son année de repêchage.

Déception

Conscient que sa production n’était pas à la hauteur du joueur offensif qu’il avait toujours été, Parent a toutefois reçu une importante claque au visage lorsque la Ligue canadienne de hockey a fait connaître la liste des joueurs invités à son Match des meilleurs espoirs à Red Deer, en janvier.

Sur celle-ci figuraient notamment les noms des Raphaël Lavoie, Samuel Poulin, Jakob Pelletier et Nathan Légaré. Mais pas le sien.

«Tous mes amis avaient été invités, mais pas moi. J’aurais aimé être là, mais je sais que je ne méritais pas ma place. Je n’avais pas eu un bon début de saison et ça m’a servi de motivation pour la suite des choses. À partir de là, je voulais travailler plus fort, afin de montrer que j’aurais dû y être», raconte l’ailier gauche de 18 ans.

L’entraîneur des Orignaux, Éric Veilleux, reconnaît avoir vu un changement dans le jeu de son jeune attaquant. Selon lui, le manque de production offensive du début de saison n’était pas lié à un manque d’effort.

«Pour moi, un joueur de hockey doit pouvoir jouer sans la rondelle et j’ai été plus insistant avec lui sur cet aspect cette année. Il en avait besoin. Peut-être que le fait de lui demander d’être plus fiable dans certaines situations sans la rondelle a fait en sorte qu’il s’est mis à penser un peu trop. Quand tu n’es pas certain si tu es à la bonne place sur la patinoire, tu te mets à y penser», explique-t-il.

Repêché?

Cette saison difficile a évidemment fait chuter Parent dans les différents classements. S’il faisait partie de l’élite de son groupe d’âge, il y a deux ans, avant le repêchage de la LHJMQ, son étoile a pâli. Sur la liste finale de la Centrale de recrutement de la LNH, publiée lundi dernier, Parent venait au 209e rang chez les patineurs nord-américains. Il était classé 126e sur le classement de mi-saison.

Parent devra donc espérer que les listes des formations de la LNH ne sont pas représentatives de celle de la Centrale.