Crédit : Bill Streicher-USA TODAY Sports

Impact

Premier bilan IMFC: «L’œuf ou la poule?»

Premier bilan IMFC: «L’œuf ou la poule?»

Vincent Destouches

Publié 22 avril
Mis à jour 22 avril

Voilà une autre défaite qui fait mal. Il s’agit de la troisième cette saison, et chaque fois, il y a eu des attitudes dérangeantes, des relâchements coupables. En d’autres termes, on pourrait dire que l’Impact est retombé dans ses travers.

Même si l’Impact sortait de trois blanchissages consécutifs, ce revers à Philadelphie ne devrait pas être une surprise tant, dernièrement, la défense semblait plus près de craquer que l’attaque de débloquer. Dans le fond, la défense porte à la fois le poids des résultats et des performances. Tant qu’elle tient, ça va encore. Mais quand elle flanche...

D’où un bilan mi-figue, mi-raisin après huit matchs, soit grosso modo le quart de la saison. Au niveau comptable, il y a de quoi avoir le sourire : la récolte de 11 points est satisfaisante pour une équipe ayant joué 7 rencontres à l’étranger et devant se passer des services de son meilleur joueur, l’unique Ignacio Piatti, depuis plus d’un mois. Toutefois, sur le plan du jeu, de réelles questions se posent.

Un vrai test de personnalité pour les partisans, ce début de saison!

Il y a une statistique très intéressante, à cet égard : auteur d’un seul petit but à ses quatre derniers matchs, IMFC a tout de même réussi à prendre cinq points sur un maximum de 12! Est-ce une bonne ou une mauvaise chose? En tout cas, c’est ce qu’on appelle un but bien rentabilisé...

En ce sens, la dégelée à Kansas City a fait plus de mal qu’on ne le pense. Car, à force de vouloir resserrer (avec succès) les boulons en défense, Montréal en a oublié le sens du jeu.

Un problème autant mental que technico-tactique. Car, d’une part, il existe un indéniable décalage entre l’intensité et la qualité démontrée à l’entraînement par rapport à celles en situation de match.

Et d’autre part, l’équipe ne parvient pas à soutirer les bienfaits d’un schéma en 4-3-3 censé offrir un certain contrôle au milieu et favoriser le «pressing».

Micheal Azira et Saphir Taïder s’exilent de manière systématique sur les côtés, le premier se contentant d’un rôle d’acteur de soutien en possession, le deuxième étant trop obnubilé par le ballon pour faire les courses plein axe qui achèteraient temps et espace à ses coéquipiers dans les couloirs. Ce pourrait être un avantage si l’ailier du côté où se trouve le ballon en profitait pour repiquer vers le centre et prêter main-forte à l’équipe dans le cœur du jeu et/ou en soutien de l’attaquant, mais ce n’est pas le cas.

Les ailiers Harry Novillo et Orji Okwonkwo, justement, font trop rarement la différence dans les 1-contre-1 et parviennent peu à déborder, l’un manquant de rythme/d’explosivité et l’autre de justesse. La plupart du temps, l’action se termine lorsque le ballon leur parvient. Les deux hommes semblent en manque de confiance et leur production individuelle s’en ressent. Ils ne sont pas non plus aidés par l’absence de solutions dans l’axe et la rareté des dédoublements.

Le cas Urruti

Cela nous amène au cas Maximiliano Urruti, qui déçoit à la pointe de l’attaque montréalaise. En fait, à l’image de l’Impact, il est surtout le premier défenseur de l’équipe... J’ai toutefois plus de sympathie pour sa cause, car elle raconte une histoire du Bleu-Blanc-Noir. J’entends dire «ouin, mais il est avant-centre et il ne marque pas...» Certes, il a des limites claires. Mais posez-vous la question : est-ce qu’offensivement, l’équipe fait pour Urruti ce qu’Urruti fait pour l’équipe défensivement?

La réponse paraît évidente, et c’est là où le bât blesse : l’Impact ne déploie pas la même volonté pour attaquer que pour défendre. Jackson en avait aussi fait les frais lors de la rencontre face à DC United. À un moment donné, ça prend du soutien, du mouvement, de la prise de risque... D’autant que le 4-3-3 favorise un «pressing haut», dans lequel excelle Urruti.

Mais cet Impact est pas mal plus Mourinho que Guardiola. Pragmatique, pas romantique. Le résultat avant la manière. Avec un certain succès, – il faut tout de même le rappeler, et dans un contexte très compliqué – ceci explique peut-être cela. En ce sens, Montréal s’est donné les moyens de travailler et d’entrevoir la suite assez sereinement.

Car le Bleu-Blanc-Noir est dans une position enviable au classement : sixième, à trois points de la tête, devancé par des équipes qui ont toutes joué au moins trois matchs de plus à domicile. Il y a encore 16 matchs au programme au Stade Saputo, et «Nacho» va bien finir par revenir.

Se pose alors une question du type «l’œuf ou la poule?» : l’Impact a plus de chances de progresser en continuant de prendre des points de manière pragmatique, ou a-t-il plus de chances d’accumuler les points en se concentrant sur l’amélioration de son jeu?