Séries LNH 2019

Brad Marchand est devenu un joueur d'élite

Publié | Mis à jour

Zdeno Chara a le «C» sur son chandail, Patrice Bergeron a le rôle du chef d’orchestre et Brad Marchand est l’autre grand meneur dans le vestiaire des Bruins de Boston.

Jadis reconnu comme une peste, Marchand n’a pas perdu son côté frondeur, mais il est maintenant considéré comme l’un des meilleurs joueurs dans la LNH.

Le numéro 63 des Bruins a atteint le magique plateau des 100 points (36 buts, 64 passes) pour la première fois de sa carrière. Il a marqué 30 buts ou plus pour une quatrième année d’affilée et surpassé le cap des 80 points pour la troisième année d’affilée.

Depuis trois ans, seulement quatre joueurs ont récolté plus de points que les 270 de Marchand : Connor McDavid (324), Nikita Kucherov (313), Sidney Crosby (278) et Patrick Kane (275).

Carburer à la pression

Le nom de Marchand ressort pourtant rarement quand on parle des phénomènes du circuit. À la taverne du coin, Maurice et Gaétan identifieront les McDavid, Crosby, Kane ou Nathan McKinnon avant de penser à l’ailier des Bruins.

«Marchy (Marchand) continuera à atteindre de nouveaux sommets, a prédit le défenseur des Bruins Brandon Carlo. Il n’a rien d’une recrue, mais j’ai le sentiment qu’il ne cesse de s’améliorer. Il est encore plus confiant aujourd’hui. Il veut la rondelle, il veut marquer, il veut réussir le gros jeu. Il est beau à voir sur la glace, il peut tout faire. Il tombe sur les nerfs de nos rivaux, mais aussi des gardiens !»

Marchand n’a absolument pas ralenti depuis le début des séries. En six matchs, il mène les siens avec neuf points (4 buts, 5 passes), soit trois points de plus que David Pastrnak et cinq de plus que Patrice Bergeron.

Dans le camp des Maple Leafs, Auston Matthews est au sommet avec six points (5 buts, 1 passe). Mitchell Marner et John Tavares, les deux autres grandes vedettes des Leafs, ont chacun quatre points.

Encore une fois, c’est le petit ailier originaire de la Nouvelle-Écosse qui domine dans cette série. Pour le gardien Tuukka Rask, cette statistique n’a rien d’un hasard.

«Brad carbure à cette énergie des gros matchs, a expliqué le gardien finlandais. Il retire aussi une grande fierté de son rôle de meneur au sein de l’équipe. Il veut faire la différence. Et il trouve des façons d’y arriver.»

À l’instar de Rask, Bruce Cassidy n’est pas surpris de l’impact de Marchand dans cette série.

«C’est Brad, il est un gars tellement compétitif, a noté l’entraîneur en chef. C’est de cette façon qu’il est devenu un joueur d’élite dans la LNH. Il se bat pour chaque pouce sur la glace. Les bons joueurs ont cette capacité d’être à leur sommet lors des grandes rencontres. C’est le cas de Brad.»

Aucune inquiétude

Bergeron a développé une grande complicité avec Marchand depuis maintenant plusieurs saisons.

C’est Claude Julien qui avait eu l’idée de génie de les réunir à l’époque. Quelques minutes après la victoire de 4 à 2 lors du sixième match face aux Leafs, dimanche, Bergeron a décrit au Journal de Montréal son coéquipier comme un gagnant.

«C’est la personne qu’il est, a mentionné Bergeron. Je ne suis jamais inquiet avec lui. Je sais qu’il sera toujours là quand nous jouerons un gros match. Il fait son boulot et toujours plus. Je peux me nourrir aussi de son énergie lors des matchs importants. Je l’ai souvent dit, mais j’adore jouer avec lui.»

«Je peux donner comme exemple la Coupe du monde en 2016 à Toronto. Il avait marqué le but vainqueur en infériorité numérique avec moins de deux minutes au match. En 2011, il avait aussi connu un très grand match lors de la septième rencontre de la finale de la Coupe Stanley.»

Bergeron a une bonne mémoire. Marchand avait bel et bien inscrit le but vainqueur face à l’Équipe Europe lors du deuxième match d’un deux de trois. Il restait 44 secondes quand il avait déjoué Jaroslav Halak. Ce tournoi n’a pas passé à l’histoire, mais Marchand avait consolidé sa place parmi l’élite.

Lors de la conquête des Bruins en 2011, Marchand avait obtenu trois points (2 buts, 1 passe) dans un gain de 4 à 0 contre Roberto Luongo et les Canucks, lors de la septième rencontre. Bergeron n’était pas en reste ce soir-là avec deux buts.

Marchand se retrouvera encore une fois sur une grande scène pour ce septième match contre les Maple Leafs. Et il devrait répondre présent.