Impact

«Il faut que chacun de nous se regarde dans le miroir»

Publié | Mis à jour

Bonne nouvelle, les joueurs de l’Impact ont été frustrés par le match qu’ils ont disputé contre l’Union.

«Il y a de la frustration envers nous-mêmes ; on ne s’est pas présentés en première demie, et les buts qu’on a accordés, on les a donnés avec deux erreurs», a lancé Samuel Piette.

«Ils se sont sauvés avec un 2 à 0 à la mi-temps. À la maison contre Columbus, on n’a pas nécessairement mieux joué, mais on est entrés au vestiaire à la mi-temps à 0-0, et on a pu remonter en deuxième demie.»

Ces erreurs ont laissé des tra­ces et la tâche est devenue insurmontable.

«Nous avons commis des erreurs en première demie et nous n’avons pas su nous en remettre», a souligné Evan Bush.

Quand l’Union a marqué son troisième but pendant que la confusion régnait dans la surface montréalaise, on a vu poindre l’ombre du carnage à Kansas City, le mois dernier.

Mais Jukka Raitala assure que les joueurs n’y ont pas pensé. Selon l’arrière finlandais, cette débâcle peut servir d’inspiration pour le reste de la semaine.

«Ce qui est arrivé à Kansas City n’était pas bon, mais nous avons rebondi de manière fantastique.

«Que ce soit offensivement ou défensivement, il faut que chacun de nous se regarde dans le miroir, a ajouté Piette. Aujourd’hui, ce n’était pas suffisant, ce n’était pas acceptable.»

Fatigue

À cela, il faut ajouter la fatigue accumulée de tous ces matchs à l’étranger, estime Rémi Garde.

«C’est notre huitième match et le septième à l’extérieur, a rappelé l’entraîneur. On ne va pas tout voir négativement. Je sais qu’on peut faire mieux et que les joueurs vont se remettre en question avec moi et que mercredi, on sera capables d’offrir autre chose.»

Evan Bush a reconnu que tous ces voyages pouvaient contribuer à l’effet de yoyo que l’on observe chez l’équipe, laquelle peine à être constante en début de saison.

«L’effet yoyo vient en partie de tous ces matchs à l’étranger. Nous devons certainement mieux faire.»