LHJMQ

Anthony Morrone a fait sa niche devant le filet des Voltigeurs

Publié | Mis à jour

Chaque printemps son héros obscur. Les Voltigeurs ont trouvé le leur avec le gardien Anthony Morrone qui ne cesse d’épater la galerie depuis le début des présentes séries. Et comment!

Il y a un mois, le Montréalais, acquis des Remparts de Québec aux Fêtes contre un modeste choix de troisième ronde, n’avait jamais enfilé les jambières dans des circonstances éliminatoires.

La blessure à l’aine au titulaire Olivier Rodrigue lui a cependant ouvert la porte à amorcer le bal printanier après avoir brillé en fin de campagne (gardien du mois de mars dans la LHJMQ), et depuis, Morrone ne veut plus rien savoir de retourner jouer les seconds violons. À preuve, il a été l’homme de confiance de l’entraîneur Steve Hartley lors des deux premiers duels de la demi-finale.

Statistiques impressionnantes

Avant le match de samedi soir, ses statistiques témoignaient bien de son importance à travers les succès des Voltigeurs. En 11 départs (9-2), le gardien aux origines italiennes a maintenu une moyenne de buts alloués de 2,02 et un pourcentage d’arrêts de ,902.

L’an dernier, Morrone avait disputé seulement 13 matchs dans l’uniforme des Tigres de Victoriaville alors qu’il a été utilisé 19 fois avec les Remparts avant d’être échangé de nouveau.

«Je ne m’attendais pas à décoller les deux premières rondes. Comme il [Olivier] était blessé, j’ai eu la chance de me démarquer et je pense que j’ai fait ma place, ici, à Drummondville.

Depuis mon arrivée à Québec, j’ai plus de confiance et avec Olivier Michaud [entraîneur des gardiens des Voltigeurs], on a travaillé sur beaucoup de détails qui ont fait une différence», racontait le principal intéressé avant le début des hostilités du carré d’as.

Morrone ne se soucie d’ailleurs guère de la possibilité que Rodrigue, un espoir des Oilers d’Edmonton, retrouve son filet au cours de la série actuelle. Et s’il était devenu indélogeable ?

«Je vais continuer à faire mes affaires et je vais essayer de rester devant le filet le plus longtemps possible. Je vais faire mon travail. S’ils pensent que l’équipe a de meilleures chances de gagner avec moi ou Olivier, je vais supporter leur choix.»

Joseph en admiration

Auteur du but gagnant vendredi soir, le défenseur Pierre-Olivier Joseph a vanté les qualités de travailleur acharné de la nouvelle coqueluche de l’équipe drummondvilloise.

«C’est super le fun de le côtoyer chaque jour à la pratique. Tu vois qu’il aime ça recevoir des tirs. Il fait tellement un bon travail à date en séries», a souligné l’espoir des Coyotes de l’Arizona.

Son coéquipier à la ligne bleue et choix de première ronde des Blackhawks de Chicago l’an dernier, Nicolas Beaudin, éprouve aussi une admiration sans borne envers le cerbère qui joue sur ses 19 ans.

«Depuis qu’il a battu Rouyn-Noranda [le 8 mars dernier, 33 arrêts], il a ouvert bien des yeux. On savait qu’il était capable de faire la job. Il a été incroyable pour nous jusqu’ici», confiait-il à la veille du match inaugural, jeudi.