Impact

Impact: une semaine chargée s'amorce à Philadelphie

Publié | Mis à jour

Après une semaine fructueuse de trois matchs, l’Impact de Montréal entreprendra une autre semaine que tout le monde va espérer tout aussi salutaire.

Ça commence avec un affrontement contre l’Union de Philadelphie cet après-midi, avant de se poursuivre par une visite en Nouvelle-Angleterre mercredi, et un retour à Montréal pour un choc avec Chicago, dimanche prochain.

Le match entre l'Impact et l'Union sera présenté à TVA Sports dès 13h.

Pour rappel, la semaine dernière, l’Impact n’a accordé aucun but en trois matchs, récoltant une victoire de 1 à 0 contre le Crew de Columbus au Stade Saputo après avoir soutiré des verdicts nuls de 0 à 0 à l’extérieur face à New York City FC et D.C. United.

Rémi Garde explique cette bonne semaine qui a apaisé un peu tout le monde par le fait que ses joueurs adhèrent au projet.

«Nous avons un objectif à chaque match qui est d’être discipliné et de résoudre les problèmes que nous crée l’adverse, et de lui en causer. [La réussite] s’explique par l’implication mentale et l’envie que chacun met dans cet objectif.»

Prise de conscience

Rappelons qu’avant cette semaine fort satisfaisante, l’Impact était allé se faire rosser 7 à 1 par le Sporting à Kansas City, ce qui avait semé un très gros doute dans l’esprit collectif.

«Il y a eu une prise de conscience après Kansas City, a assuré Rémi Garde. On n’est pas partis de là-bas en se disant que ça irait mieux la prochaine fois.

«On est partis de là-bas en prenant conscience qu’il y avait des choses qui n’avaient pas marché d’un point de vue tactique et de l’état d’esprit.»

Bacary Sagna confirme que ce revers aura finalement servi à ouvrir les yeux à une équipe qui jouait au yoyo depuis le début de la saison, alternant bonnes et moins bonnes performances.

«Le 7 à 1 qu’on a encaissé à Kansas, ça remet les choses en place. Il fallait qu’on se remobilise tous ensemble et c’est ce qu’on a fait.

«Mais pas seulement les quatre défenseurs, ça part de Maxi [Urruti] qui fait énormément d’efforts. Il nous fait du bien et il essaie de presser les défenses adverses.»

Important

Et les efforts d’Urruti sont importants puisque l’équipe sera privée d’Ignacio Piatti pour au moins deux autres matchs, lui qui en a déjà raté quatre.

«Nacho a reçu un traitement un petit peu particulier jeudi qui sera suivi de trois ou quatre jours de repos, a confirmé Rémi Garde. On va le revoir sur le terrain pour voir si le traitement aura été efficace, sinon on attendra.»

Piatti est tombé au combat après une blessure au genou droit subie à Orlando, le mois dernier. Au cours des quatre rencontres qu’il a ratées, l’équipe n’a marqué que deux buts.

Et ce n’est pas Omar Browne qui fera la différence ce samedi puisqu’il n’a pas obtenu son visa de travail à temps pour jouer. Dans le camp de l’Impact, on espère qu’il pourra être de la formation mercredi, en Nouvelle-Angleterre.

Même formation

C’est donc dire que Harry Novillo devrait obtenir un autre départ dans le couloir gauche.

Samedi dernier, malgré un match en dents de scie, il a été l’unique marqueur de l’équipe, qui a remporté son premier match à domicile en 2019.

De fait, on risque de voir la même formation qui a battu le Crew de Columbus il y a une semaine. Saphir Taïder devrait être à son poste même s’il a raté quelques entraînements cette semaine.

Sur le plan défensif, Rémi Garde n’a aucune raison de faire des changements puisque Bacary Sagna, Zakaria Diallo, Jukka Raitala et Daniel Lovitz ont été très efficaces. C’est plutôt mercredi, sur le gazon synthétique du Gillette Stadium, qu’on risque de voir des changements.

Evan Bush sera quant à lui en quête d’un quatrième jeu blanc de suite.

Il ne faut pas négliger l’Union

L’Union de Philadelphie n’est qu’à un point de l’Impact et ne sera pas une proie facile.

«C’est une très bonne équipe qui fait un très bon début de championnat, a observé Rémi Garde. C’est une équipe qui a bien fait évoluer son effectif. C’est un mélange de jeunes joueurs avec de l’expérience.»

L’Union sera toutefois privée d’un élément important puisque l’arrière central Auston Trusty est suspendu à la suite de l’obtention d’un carton rouge contre le Galaxy de Los Angeles, samedi dernier.

Avant de trébucher 2 à 0 contre le Galaxy le week-end dernier, l’Union n’avait pas encore perdu à domicile. Le club présente désormais une fiche de deux victoires et une défaite.

Vitesse

L’Impact, qui aime présenter un bloc défensif bien compact, sera mis à l’épreuve face à une attaque rapide.

«Il y a une dose de vitesse dans leur jeu avec [Fafa] Picault, [David] Accam et [Cory] Burke, qui amènent aussi de la puissance», a fait remarquer Garde.

«C’est une équipe très complète qui fait des matchs très intéressants. Ils restent sur deux très bons résultats à domicile. Contre Los Angeles, ils perdent, mais la deuxième mi-temps est très intéressante jusqu’à l’expulsion.»

Il n’a pas tort de mentionner Accam, qui a déjà trois buts et deux passes en cinq rencontres.

Qui plus est, l’Union tire beaucoup. De fait, la formation de la Pennsylvanie pointe au troisième rang de toutes les formations de la MLS avec 97 tirs tentés et elle arrive en sixième place avec 30 tirs cadrés.

Rôle important

C’est avec ces détails en tête qu’on se dit que Zakaria Diallo aura un rôle important à jouer dans ce match, lui qui est le pilier de la brigade défensive montréalaise en ce début de saison.

Il devrait être de nouveau jumelé à Jukka Raitala, qui a très bien joué lors de ses deux départs en défense centrale.

Quant à Diallo, il ne semble pas trop embêté par toutes les louanges qu’on chante à son sujet.

«Je ne me sens pas indispensable, a-t-il dit. J’essaie de faire ma part du boulot. Après, qu’on dise que je suis le pilier de la défense, j’essaie de l’être chaque week-end. C’est mon rôle, c’est mon objectif et j’essaie de continuer comme ça.»

Pas facile pour Camacho

Rudy Camacho a été embauché à grands frais l’an passé, mais il ne semble pas faire partie de la solution cette année, comme l’indique son seul match joué. Mais Rémi Garde compatit.

«De manière humaine, je sais que c’est toujours difficile de laisser des joueurs sur le côté, surtout un joueur comme Rudy qui s’entraîne bien.

«Particulièrement à ce poste, il y a de la concurrence et elle bat son plein. Je ne veux pas changer pour changer.»

Les rigueurs de la météo pèsent lourd

Les voyages forment la jeunesse, mais ils compliquent la vie des joueurs de l’Impact, qui vivent un vrai yoyo météo.

«Ce qui est compliqué, c’est de changer de température pour les joueurs. Ils sont quand même un peu des Formules 1, a souligné Rémi Garde. Ce ne sont pas des moteurs de cargo au diesel, ils ont besoin d’un environnement favorable.

«Il y a des changements climatiques et de surfaces de jeu qui sont des facteurs qui viennent s’ajouter à la difficulté des voyages.»