LHJMQ

La première aux Voltigeurs

Publié | Mis à jour

Avant même son lancement, la demi-finale opposant les Mooseheads de Halifax aux Voltigeurs de Drummondville s’annonçait comme une chaude lutte sur la patinoire. Le match inaugural a répondu aux attentes, vendredi soir, dans un centre Marcel-Dionne bouillonnant où les locaux ont savouré une victoire de 3-1 devant 3353 amateurs.

La troupe de Steve Hartley prend donc les devants 1-0 dans cette confrontation au meilleur de sept rencontres qui se poursuivra dès samedi soir, toujours au même endroit. Les visiteurs n’avaient pas perdu depuis le cinquième match de leur série de premier tour.

«On a connu un bon début de match et on l’a soutenu pendant 60 minutes. On a fait une bonne job en limitant leur temps et leur espace. On a tué leur vitesse et c’est ce qu’on voulait faire. De plus, le fait d’avoir une semaine complète de préparation de quatre jours, je pense que ça a aidé notre exécution. J’ai aimé la façon dont on a géré le match», a résumé l’entraîneur des Voltigeurs.

Le son de cloche était totalement différent dans le camp adverse.

«Ça faisait un petit bout qu’on n’avait pas joué et je pense que ça a paru. On n’a pas exécuté aujourd’hui [...] C’est dur de créer des choses offensivement quand tu as la rondelle et que tu la donnes. Juste le fait de jouer comme du monde, ça va aider. On sait qu’on peut jouer avec ces gars-là. On a juste à être meilleurs», a soufflé l’instructeur-chef des Originaux, Éric Veilleux.

Un premier pour Joseph

Les Voltigeurs ont été l’équipe la plus dangereuse sur la patinoire, profitant d’avantages numériques pour dicter le rythme plus souvent qu’autrement. Pierre-Olivier Joseph a inscrit le but décisif dans ces circonstances avec cinq minutes à écouler à la période médiane, lui qui n’avait toujours pas touché la cible depuis l’ouverture du bal.

«Ça va être une série serrée et il va falloir prendre toutes les occasions de marquer. Ils ont tellement de talent offensif qu’il ne faut pas les lâcher. Quand on reçoit des belles passes comme ça, c’est le fun d’enfiler l’aiguille. On sait qu’ils vont rebondir demain [samedi]», a signalé le défenseur appartenant aux Coyotes de l’Arizona.

Si les Mooseheads, qui n’ont rien fait qui vaille au troisième tiers, ont pu croire en leurs chances jusqu’au son de la sirène, c’est en grande partie à cause du brio de leur gardien Alexis Gravel, qui a bloqué 38 des 41 tirs dirigés vers lui. Il a réservé l’un de ses bons arrêts aux dépens de Maxime Comtois en fin de rencontre.

En dépit du résultat, Gravel traverse d’excellents moments depuis le match ultime face aux Remparts, mais malgré tout, le cerbère de 19 ans préférait encenser le boulot de ses coéquipiers.

«Les gars bloquent des tirs! Il faut leur rendre crédit. [Jared] McIsaac a bloqué un tir important. Ils se sacrifient et s’il fallait qu’ils arrêtent la rondelle avec leur face, ça ne leur dérange pas. Cela dit, on aurait pu faire plus de tirs sur [Anthony] Morrone», a mentionné l’espoir des Blackhawks de Chicago.

Drummondville frappe tôt

Les Voltigeurs n’ont pas mis de temps à s’imposer sur leur patinoire. Pavel Koltygin a surpris Alexis Gravel à l’aide d’une belle manœuvre à mi-chemin du premier engagement pour donner les devants aux siens.

Les Mooseheads ont ensuite profité d’un jeu de puissance pour créer l’égalité avant la fin de la période quand Keith Getson a redirigé le tir de Jake Ryczek derrière Anthony Morrone.

Comme l’avait annoncé son entraîneur la veille, l’homme masqué des Voltigeurs a porté le chapeau de titulaire pour une 11e sortie éliminatoire consécutive même si Olivier Rodrigue était rétabli de sa blessure à l’aine, lui qui a regardé l’action du bout du banc. Morrone a bien fait hier en repoussant 22 rondelles.

L’enjeu de ces demi-finales pourrait valoir plus cher que l’obtention d’un billet pour la ronde ultime. Advenant une victoire de la formation de la Nouvelle-Écosse contre celle du Centre-du-Québec, le gagnant du duel Rimouski/Rouyn-Noranda décrocherait automatiquement sa place pour le tournoi de la coupe Memorial puisque les Mooseheads sont déjà assurés d’y participer comme hôtes.

En vitesse

Absent depuis le début du tournoi printanier en raison d’une mononucléose, l’attaquant Benoît-Olivier Groulx a repris l’entraînement avec les Mooseheads au cours des derniers jours. Il est cependant encore trop tôt pour se prononcer sur la date d’un éventuel retour au jeu puisque son cas est évalué sur une base quotidienne, selon Éric Veilleux...