Séries LNH 2019

Matthews: des statistiques qui ne passent pas sous silence

Publié | Mis à jour

La série entre les Bruins et les Maple Leafs n’est vieille que de deux rencontres. Mais il y a toujours des zéros dans la colonne des buts et des passes pour Auston Matthews. Des statistiques qui ne passent pas sous le silence.

En congé au lendemain de ce deuxième match, un revers de 4 à 1, Auston Matthews n’a pas eu à affronter les questions des journalistes, dimanche.

Mike Babcock a toutefois eu à répondre sur le lent départ du premier de classe au repêchage de 2016.

«Je trouve que son jeu ressemble à celui de notre équipe depuis le début de la série, a expliqué Babcock. Il a joué un bon match lors de la première rencontre. Il n’a pas marqué, mais il était au cœur de l’action. J’ai aimé son jeu sur 200 pieds. Pour la deuxième rencontre, il était comme le reste de l’équipe, il n’était pas aussi bon.»

«Je veux voir l’équipe gagner, a poursuivi l’entraîneur-chef des Leafs. C’est ça le plus important. À cette période de l’année, tu dois te battre pour créer tes chances, tu dois travailler fort. Plus tu gagnes des batailles, plus tu deviens une menace. Auston est encore un jeune joueur. Il apprend encore, surtout en séries. C’est un beau et gros défi pour lui.»

Deux en neuf

Au premier tour des séries l’an dernier, les Bruins avaient également trouvé une façon de ralentir Matthews. En sept matchs, le centre originaire de l’Arizona avait obtenu seulement deux points (1 but, 1 passe). À ses neuf dernières sorties en séries face aux Bruins, Matthews a donc inscrit son nom à seulement deux reprises sur la feuille de pointage.

Pour atteindre le deuxième tour, les Leafs auront besoin de Matthews au sommet de son art.

Le 5 février dernier, Kyle Dubas, le jeune DG des Leafs, a consenti une prolongation de contrat de cinq ans et 58,170 millions (11,634 millions par année) à Matthews. Il aura maintenant la pression de produire à la hauteur de la valeur de son contrat. À partir de l’an prochain, il gagnera plus d’argent que John Tavares (11 millions).