JiC

«JiC» plaide pour une offre hostile à Marner

Publié | Mis à jour

Jean-Charles Lajoie s’est adressé directement à Marc Bergevin dans son éditorial servi en début d’émission, vendredi.

Pendant plus de trois minutes, l’animateur de JiC a supplié le directeur général des Canadiens de soumettre une offre hostile à l’attaquant des Maple Leafs Mitch Marner.

Voyez sa tirade dans la vidéo ci-dessus.

À lire aussi

«Ce serait formidable de réunir Marner et Max Domi à Montréal, comme à la Coupe Memorial de 2014, a-t-il souligné. Quel blasphème ce serait pour les Leafs! Ça embraserait la rivalité avec Toronto.

«Je souhaite voir les Canadiens déposer une offre hostile à Marner. Il n’y a pas 10 joueurs concessions comme lui à travers la LNH. Allez Marc, je mets toute ma confiance en toi! »

L’attaquant ontarien de 21 ans est passé à la vitesse supérieure cette saison, terminant au 11e rang du circuit Bettman avec une récolte de 94 points.

Bergevin ne ferme pas la porte 

Dans son bilan d’après-saison, Bergevin a dit qu’il étudierait tous les scénarios possibles pour améliorer son équipe, dont celui de faire une offre hostile à un joueur autonome avec compensation.

Si Bergevin décidait de proposer un contrat à Marner, il pourrait céder quatre choix de premier tour en guise de compensation. C’est le prix établi selon la convention collective pour un contrat de plus de 10 millions $ annuellement.

«C’est un outil permis dans la convention, a rappelé Bergevin. On l’a regardé de près. On va le regarder de près. Est-ce une possibilité? Oui. Est-ce une garantie? Non.»

Le DG du CH ne semble toutefois pas chaud à l’idée de sacrifier plusieurs choix de premier tour même s’il pourrait acquérir un joueur établi dans la LNH et encore très jeune.

«Il y a un prix à payer pour les joueurs disponibles, a souligné Bergevin. Il faut qu’ils acceptent l’offre hostile... et parfois les équipes qui ne les ont pas signés, c’est parce qu’ils sont trop gourmands. Il faut aussi être prêt à payer le prix, ça dépend de l’offre. Il y a aussi un risque de donner un choix de premier tour qui pourrait se retrouver avec un gros pourcentage dans le boulier, advenant une mauvaise saison.»