Crédit : AFP

Séries LNH 2019

«Je ne m’y attendais pas» Mathieu Joseph

Publié | Mis à jour

Les étapes se succèdent à un rythme fou pour Mathieu Joseph. Après une seule saison dans la Ligue américaine, l’attaquant de 22 ans, qui est parvenu à se tailler un poste régulier avec le Lightning de Tampa Bay, a disputé mercredi soir son premier match des séries éliminatoires dans la LNH.

À lire aussi : Le Lightning s'endort, les Jackets en profitent

«Je ne m’attendais pas à commencer la saison ici. Je savais qu’il y avait beaucoup de joueurs capables de remplir des postes. Alors, jouer en séries de la LNH aussi tôt dans ma carrière, c’est quelque chose que je n’oublierai pas», a lancé le Lavallois en matinée, à quelques heures du premier affrontement contre les Blue Jackets de Columbus.

Malgré l’excitation du moment, le choix de quatrième tour en 2015 a assuré ne pas avoir eu de problème à fermer l’œil, la nuit précédente. Ça ne l’a pas empêché, comme tous les jeunes qui vivent ce baptême, de ressasser quelques souvenirs d’une enfance pas si lointaine.

«C’est un rêve de jouer en séries éliminatoires. Avec mes parents, on les regardait tout le temps. Il fallait que je me couche tôt. Je ne pouvais pas regarder les matchs du soir. C’est un rêve depuis que je suis jeune», a-t-il indiqué.

Sous l’aile des vétérans

Pour l’aider à apprivoiser l’intensité du tournoi printanier, Joseph est entre bonnes mains. Le vestiaire du Lightning est bondé de joueurs ayant joué souvent du hockey jusqu’à la fin de mai.

Depuis le printemps 2015, le Lightning est la troisième formation ayant disputé le plus de matchs à cette période de l’année. Ses 60 matchs le placent derrière les 66 des Penguins de Pittsburgh et les 63 des Capitals de Washington.

Au cours de cette période, les Floridiens ont vécu la douleur de perdre en finale de la Coupe Stanley et la frustration de se voir montrer la porte de sortie à deux occasions, lors du match ultime de la finale de l’Association de l’Est.

Nikita Kucherov, Alex Killorn, Ondrej Palat, Victor Hedman, Tyler Johnson et Braydon Cobourn ont disputé la totalité de ces 60 matchs. Suit de près Cédric Paquette, à 58.

«Il y a de l’expérience dans ce vestiaire. Les gars sont passés par pas mal toute la gamme des émotions au cours des dernières années, a-t-il reconnu. Cette expérience va être bénéfique pour nous. En plus, les gars expérimentés, ce sont les leaders de cette équipe. Ils sont capables d’aider les plus jeunes.»

Souvenirs du junior

Bien qu’il vienne de terminer sa saison en tant que recrue, Joseph s’y connaît en long parcours éliminatoire. En 2017, il avait aidé les Sea Dogs de Saint John à remporter la coupe du Président dans la LHJMQ.

Comme le Lightning cette année, les Sea Dogs étaient largement favoris pour tout rafler. Ce qu’ils avaient fait sans trop de difficulté.

Le printemps précédent avait été un peu plus ardu. Les Sea Dogs s’étaient inclinés en cinq rencontres devant les Cataractes de Shawinigan, en demi-finale. On retiendra surtout que Joseph avait gravement été coupé à un muscle du mollet gauche par une lame de patin à la fin du premier tour.

«Je suis passé par de l’adversité en séries quand j’étais junior. J’ai un peu d’expérience de ce côté-là, a-t-il souligné. Tes moments d’adversité du passé peuvent toujours t’aider dans les moments difficiles et les moments de pression. Mon parcours avec les Sea Dogs peut définitivement m’aider à garder mon calme.»