Crédit : AFP

Séries LNH 2019

Le Lightning ne peut pas rater son coup

Le Lightning ne peut pas rater son coup

Félix Séguin

Publié 09 avril
Mis à jour 09 avril

Terminer au premier rang du classement général de la LNH est devenu une sorte de malédiction.

Il faut savoir que quatre des cinq dernières équipes à avoir gagné le trophée des Présidents ont éventuellement perdu dès le deuxième tour des séries éliminatoires.

  • 2018 : Nashville (défaite au 2e tour vs Winnipeg)
  • 2017 : Washington (défaite au 2e tour vs Pittsburgh)
  • 2016 : Washington (défaite au 2e tour vs Pittsburgh)
  • 2015 : Rangers N.Y. (défaite en finale de l’Association de l’Est vs Tampa Bay)
  • 2014 : Boston (défaite au 2e tour vs Montréal)

La dernière équipe qui a amassé le plus de points en saison régulière et qui a ensuite soulevé la coupe Stanley a été les Blackhawks de Chicago en 2013. Ce qui est encore plus étonnant, c’est que depuis 30 ans, seulement sept équipes ont réussi l’exploit.

Trophée des Présidents et la coupe Stanley la même année (depuis 30 ans)

  • 2012-13 : Blackhawks de Chicago
  • 2007-08 : Red Wings de Detroit
  • 2001-02 : Red Wings de Detroit
  • 2000-01 : Avalanche du Colorado
  • 1998-99 : Stars de Dallas
  • 1993-94 : Rangers de New York
  • 1988-89 : Flames de Calgary

Cette saison, le Lightning de Tampa Bay a dominé la LNH.

L’équipe dirigée par Jon Cooper a égalé un record de la ligue avec 62 victoires, avec 21 points d’avance sur les Flames de Calgary, qui ont terminé au deuxième rang du circuit Bettman.

Le Lightning a présenté le meilleur dossier à domicile (32-7-2) et à l’étranger (30-9-2). De plus, l’équipe a fini au premier rang pour l’avantage et le désavantage numérique ainsi que pour les buts marqués.

De plus, Nikita Kucherov va remporter le trophée Hart (joueur le plus utile), Andrei Vasilevskiy, le trophée Vézina (meilleur gardien), Victor Hedman recevra plusieurs votes pour le trophée Norris (meilleur défenseur) et Jon Cooper a de fortes chances de mettre la main sur le trophée Jack-Adams (meilleur entraîneur-chef).

Collectivement, la formation de la Floride est la plus équilibrée. Elle compte sur quatre trios capables de contribuer et sur un groupe de défenseurs expérimentés et polyvalents.

Le Lightning a très peu de faiblesses. De plus, je crois que l'équipe a appris de ses défaites subies en séries au cours des dernières années.

En 2015, Tampa avait perdu en finale de la Coupe Stanley contre les Blackhawks. D’ailleurs, 11 joueurs sont toujours avec l’équipe (Stamkos, Johnson, Kucherov, Palat, Callahan, Stralman, Killorn, Hedman, Paquette, Coburn, Vasilevskiy). Et il y a aussi eu les défaites en finale de l’Association de l’Est en 2016 et en 2018. Bref, à mon humble avis, le Lightning de Tampa Bay ne peut pas rater son coup.

À moins que la malédiction du trophée des Présidents fasse des siennes...