Impact

Un point pour les jeunes de l’Impact

Publié | Mis à jour

WASHINGTON - Évoluant avec de nombreux jeunes réservistes qui ont montré beaucoup de panache, l’Impact a tenu tête au D.C. United pour lui soutirer un verdict nul de 0 à 0 devant 18 116 spectateurs au Audi Field, mardi soir.

Il s’agit d’un second jeu blanc de suite porté à la fiche d’Evan Bush. Le Bleu-blanc-noir conclut sa séquence de six matchs consécutifs à l’étranger avec une fiche de 2-2-2 et amorcera sa saison locale samedi contre Columbus.

L’Impact a troqué l’éclat pour l’efficacité dans un match où l’absence d’Ignacio Piatti, d’un côté, et Wayne Rooney, de l’autre, se sont fait sentir dans la qualité du spectacle offensif.

Les hommes de Rémi Garde se sont concentrés sur une exécution simple et sans fioritures pour rester invaincus dans un second match en trois jours.

Six Québécois

Avec un match en milieu de semaine et privé de Nacho Piatti, blessé, et Maximiliano Urruti, suspendu, Garde a opté pour un fort roulement d’effectif.

Il a donc décidé de faire confiance à ses jeunes joueurs en apportant pas moins de six changements par rapport à la rencontre de samedi à New York.

À voir:

«Une équipe d’hommes», malgré la jeunesse

«Mission accomplie» pour Mathieu Choinière

Et ce sont les Canadiens qui en ont largement profité puisqu’ils étaient six dans la formation de départ, dont cinq Québécois.

Anthony Jackson-Hamel était à l’attaque, Mathieu Choinière, Clément Bayiha, Shamit Shome et Samuel Piette étaient en milieu de terrain, et Zachary Brault-Guillard prenait la place de Bacary Sagna comme arrière droit alors que Victor Cabrera était en défense centrale.

Choinière, Bayiha et Brault-Guillard obtenaient tous un premier départ en carrière.

Parmi les changements dans l’effectif, Cabrera (26 ans) et Jackson-Hamel (25 ans) faisaient office de papis à côté des quatre autres, âgés de 20 et 21 ans.

Confiance

Tout ce beau monde a gagné en confiance à mesure que le match a progressé pour donner une belle opposition aux locaux.

Pour un, Brault-Guillard a livré une belle lutte à Paul Arriola dans le couloir droit. Il est même venu bien près de marquer son premier but dans la MLS en début de seconde demie.

Choinière a pour sa part été très éloquent dans sa proposition. Non seulement il possède une intelligence de jeu évidente, mais en plus il est très responsable défensivement.

Voilà un jeune homme qui est en train de prouver qu’il doit être l’alternative à Piatti quand l’Argentin n’est pas en mesure de jouer.

Plus effacé, Bayiha a lui aussi offert une bonne performance en ne commettant pas beaucoup d’erreurs.

Peu de créativité

Le Bleu-blanc-noir s’est assuré d’avoir une bonne possession de ballon, mais a drôlement manqué de mordant dans le tiers offensif.

Daniel Lovitz, très dynamique dans le couloir gauche, a offert de nombreux centres qui n’ont jamais trouvé preneur parce que personne n’était positionné dans la surface adverse.

D’ailleurs, l’Impact aurait eu avantage à exploiter un peu plus la créativité et l’explosivité de Choinière, qui a été très dynamique dans les trente derniers mètres.

De fait, pendant la première demi-heure de la rencontre, le ballon a souvent été bloqué en zone médiane et les passes arrière ont été fréquentes.

Efficace

Dans un match typique à l’étranger, la brigade défensive a joué un match sans fioritures et assez efficace.

Même si Luciano Acosta a beaucoup galopé, il ne s’est que très rarement approché de la surface montréalaise.

D.C. a décoché beaucoup de centres, mais ils ont été soit imprécis, soit bien contrôlés par le bloc montréalais.

Par contre, l’Impact s’est un peu fait brasser la cage par une équipe un peu plus mature physiquement.

Cependant, après une première demie un peu timide ponctuée d’une belle montée en dynamisme dans le dernier quart d’heure, l’Impact a joué une très bonne deuxième demie en faisant preuve de beaucoup d’initiative même si la créativité offensive faisait encore défaut.