Samuel Piette et Harry Novillo

Photo : Samuel Piette et Harry Novillo Crédit : Butch Dill-USA TODAY Sports

Impact

Mission «sur la route» accomplie

Mission «sur la route» accomplie

Vincent Destouches

Publié 08 avril
Mis à jour 08 avril

Les amateurs de beau jeu resteront peut-être sur leur faim après les cinq premiers matchs de l’Impact de Montréal. Il est vrai que, dans l’expression collective, les hommes de Rémi Garde ont soufflé le chaud et le froid. Et d’une manière générale, l’équipe manquait d’allant offensif.

Oui. MAIS...

Dans le contexte du Bleu-Blanc-Noir, je pense qu’on peut qualifier le début de saison montréalais de réussi. Quel contexte? En fait, il est double. D’une part, et c’est important de le noter car il s’agit du premier critère d’évaluation : l’Impact n’est pas appelé à jouer les premiers rôles dans une association où certains clubs dépensent des millions et des millions en transferts.

Montréal est un club qui se bat pour les places d’honneurs, avec comme seul objectif : valider son billet pour les éliminatoires. Cela ne signifie pas qu’il faut brider l’ambition du club ou des partisans, mais il est tout de même important de connaître sa place dans l’échiquier.

D’autre part, Montréal a joué ses matchs exclusivement sur la route. Et, avec 7 points au compteur en 5 matchs, la récolte est bonne, voire excellente si l’on se réfère au passé.

IMFC sur la route : 

  • 2019 : 7 points en 5 matchs = 1,4 pt/match
  • 2018 : 11 points en 17 matchs = 0,65 pt/match
  • 2017 : 14 points en 17 matchs = 0,82 pt/match
  • 2016 : 19 points en 17 matchs = 1,12 pt/match
  • 2015 : 16 points en 17 matchs = 0,94 pt/match
  • 2014 : 5 points en 17 matchs = 0,29 pt/match
  • 2013 : 16 points en 17 matchs = 0,94 pt/match
  • 2012 : 9 points en 17 matchs = 0,53 pt/match

Avec un peu plus d’opportunisme à Houston et à New York, l’Impact aurait une fiche encore plus reluisante, mais en l’état actuel des choses, le club amasse déjà des points à l’étranger à un rythme jamais vu. C’est très positif en soi.

D’autant que, s’il est difficile de voyager en MLS, il est encore plus compliqué de lancer sa saison en ne disputant que des matchs à l’étranger. C’est arrivé à plusieurs équipes au cours des 5 dernières saisons pour diverses raisons, avec peu de succès :

Début de saison sur la route :

  • Portland en 2019 : 1 point en 5 matchs
  • Minnesota en 2019 : 9 points en 5 matchs
  • Portland en 2018 : 2 points en 5 matchs
  • LAFC en 2018 : 9 points en 5 matchs
  • Toronto en 2016 : 5 points en 5 matchs
  • Toronto en 2015 : 3 points en 5 matchs

On pourrait même ajouter que DC United, qui avait disputé quasiment toute la première portion de la saison 2018 sur la route en attendant l’inauguration de l’Audi Field, n’avait remporté que 7 points en 12 matchs à l’extérieur en date du 15 juillet dernier.

Bref, si l’on est pragmatique et que l’on met en perspective les performances de l’Impact «en tournée» en ce début de saison, il y a de quoi être satisfait.

Et le beau jeu? Il faudra peut-être attendre les beaux jours... Et surtout, les matchs à domicile!