Impact

L'Impact fait match nul au Yankee Stadium

Publié | Mis à jour

Il y a une semaine, l’Impact encaissait son pire revers depuis son accession à la MLS.

Samedi, il a récolté son premier blanchissage de la saison dans un verdict nul de 0 à 0 face au New York City FC.

Et tout ça en disputant la dernière demi-heure du match à court d’un homme après l’expulsion de Maximiliano Urruti pour un tacle avec crampons aux dépens de Maxime Chanot.

Ted Unkel avait d’abord décerné un carton jaune à l’attaquant de l’Impact, mais après avoir consulté la reprise vidéo, il a sorti le rouge de sa poche arrière droite à la 70e minute.

«L’arbitre m’a dit que le carton rouge était clair et évident, et je lui fais confiance», a soutenu Rémi Garde après la rencontre.

Le jeu blanc est allé à la fiche d’Evan Bush qui a réalisé quatre arrêts contre un seul pour son vis-à-vis, Sean Johnson, qui a lui aussi signé un blanchissage.

Bon point

L’Impact se devait de rebondir après la débâcle de 7 à 1 à Kansas City une semaine plus tôt. Or, un jeu blanc dans un match qu’il est loin d’avoir dominé et qu’il a joué aux deux tiers avec un homme en moins, c’est presque un vol.

«On n’a pas tout fait bien, mais la manière dont les joueurs ont défendu ensemble et ont essayé de poser des problèmes à l’adversaire me satisfait.»

Les circonstances du match mettent en relief le sentiment de l’entraîneur-chef.

«Après ce qui s’était passé la semaine dernière, de ne pas avoir encaissé ici à dix pendant une demi-heure, c’est une très belle performance mentale de la part des dix joueurs qui étaient sur le terrain.»

Par ailleurs, Garde a avancé que les rencontres à l’étranger commençaient à peser sur sa troupe.

«C’est un cinquième match sur la route avec sept points. C’est très difficile ces matchs qui se suivent sur la route parce qu’on n’a pas l’occasion d’avoir ce sentiment de confiance qui habite chaque équipe qui joue devant son public.»

Manque de rythme

On ne passera pas un texte au complet à parler de la première demie, qui a drôlement manqué de rythme.

L’Impact a fait beaucoup d’erreurs, notamment dans son jeu de passes qui a manqué de précision.

C’est surtout les gardiens qui se sont démarqués. Evan Bush a fait deux bons arrêts, un peu de la même manière, en plongeant sur sa gauche, dont un sur une puissante course d’Alexandru Mitrita, qui a découpé le milieu de terrain et la défense centrale montréalaise.

De son côté, Sean Johnson n’a pas été particulièrement occupé, mais il a quand même réussi à freiner deux menaces de Saphir Taïder, lequel aurait pu mieux le tester sur une tête un peu plus précise à la suite d’un coup franc de Daniel Lovitz en fin de première demie.

Sans Ignacio Piatti, Harry Novillo s’est retrouvé dans le couloir gauche et on a constaté qu’il aura besoin de temps pour s’adapter à la MLS. Quant à Maxi Urruti, outre son carton rouge, il n’a rien cassé dans ce match.

Ridicule

Depuis que le New York City FC a fait son entrée en MLS, il est souvent question du terrain du Yankee Stadium, en configuration soccer.

C’est devenu un caillou dans la chaussure de la ligue et tout le monde s’en plaint, mais samedi, c’était pire que pire.

Dès la première minute du match, la portion de l’avant-champ, qui est recouverte de tourbe pendant les matchs de soccer, a posé problème, alors que des morceaux de gazon se détachaient et s’enroulaient sur eux-mêmes.

La situation est survenue à plusieurs reprises. On a aussi vu Evan Bush trébucher alors qu’il dégageait un ballon.

Et c’est sans parler du changement de vitesse du ballon sur cette surface carrément ridicule. La farce a assez duré et la MLS doit agir avant que des blessures sérieuses ne surviennent.