Crédit : JEAN-FRANCOIS DESGAGNES/JOURNAL

LHJMQ

Ça promet pour le 2e tour des séries!

Ça promet pour le 2e tour des séries!

Mikaël Lalancette

Publié 05 avril
Mis à jour 05 avril

La course vers la coupe du Président se resserre dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec.

Si le premier tour des séries est généralement plutôt court et moins suivi par les amateurs de hockey junior, ce fut totalement l’inverse cette année.

L’ambiance qui régnait dans le match numéro cinq à Val-d’Or entre les Tigres et les Foreurs a prouvé l’inverse : on a senti la chaleur grimper dans plusieurs marchés!

Non seulement nous avons eu droit à de bonnes séries de premier tour, plusieurs ont nécessité un sixième ou un septième match. En tout et partout, ce sont 47 matchs éliminatoires qui ont été joués au premier tour, un record dans la LHJMQ. L'ancienne marque était de 46.

Le Drakkar de Baie-Comeau a payé chèrement sa première place perdue dans l’Association Est (l’équipe aurait affronté les Remparts plutôt que les Wildcats en première ronde).

À partir de maintenant, le nouveau format des séries ne pourra plus être cité comme un facteur. Les quatre affrontements du deuxième tour des séries auraient été les mêmes dans l’ancien format.

On reviendra à la formule du classement général pour le carré d’as. Voilà une bonne chose de réglée car on doit avouer que cela a pénalisé les équipes de l’association Est au premier tour. Ce sera encore pire l’an prochain... on y reviendra!

Allons-y de quelques prédictions.

Huskies (59-8-0-1) c. Tigres (30-33-4-1)

Alors que tout le monde leur prédisait une petite série facile contre les Cataractes, les Huskies ont eu chaud au premier tour.

Personne ne voyait Shawinigan, la dernière équipe classée en séries (malgré une 15e défaire consécutive au dernier jour de la saison!), ébranler la confiance des champions de la saison régulière.

C’est un cliché qu’on entend beaucoup au hockey mais c’est tout de même vrai : on ramène les compteurs à zéro en séries!

Les Huskies ont tout de même retrouvé leurs esprits grâce aux joueurs d’expérience. C’est dans l’adversité qu’on a vu le caractère des Noah Dobson, Félix Bibeau, Joël Teasdale et Rafaël Harvey-Pinard ressortir.

S’il y a un apprentissage à tirer de cette mésaventure contre Shawinigan, c’est que les Huskies devront être plus disciplinés dans les prochaines semaines.

Le jeu de puissance des hommes de Mario Pouliot a donné un bon rendement : 34,5% d’efficacité au premier tour. C’est tout de même 33 jeux de puissance que Rouyn-Noranda a accordé aux Cataractes, qui n’étaient pas aussi efficaces que leurs opposants à cinq contre cinq.

Les Tigres ont laissé beaucoup d’énergie contre les Foreurs. Ils s’en remettront à leur gardien, Tristan Côté-Cazenave, pour prolonger la série contre l’autre équipe de la 117, les Huskies.

Les affrontements ont été serrés entre les deux équipes cette année : c’est Fabio Iacobo qui était devant le filet des Tigres et c’était avant la venue de Teasdale, Dobson et Côté à Rouyn-Noranda.

Ma prédiction : Rouyn-Noranda en 5.

Voltigeurs (52-13-2-1) c. Phoenix (36-27-2-3)

On ne pourra pas dire que les Voltigeurs n’ont pas été gâtés : ils ont limité les kilomètres parcourus en autobus lors des deux premières rondes cette année : Gatineau et Sherbrooke!

Dans la réalité du hockey junior québécois, on peut même dire qu’ils sont bénis des dieux!

Revenons à cette série. Les Voltigeurs forment une équipe bien plus mature que celle du Phoenix et c’est justement cette expérience qui fera la différence dans les prochains jours.

Même si l’attaque est la force de Drummondville, la brigade défensive des Voltigeurs est bien plus rodée que celle du Phoenix, parmi les plus jeunes du circuit Courteau.

Dakota Lund-Cornish a des statistiques à faire rêver tous ses rivaux gardiens de buts : une moyenne de 2,02 et une efficacité de 0,925 au premier tour des séries.

L’adversité sera forte pour le Phoenix, qui se mesure à une puissance de hockey. Plusieurs joueurs des Voltigeurs cognent à la porte de la LNH.

La famille Guay pourra savourer cette confrontation éliminatoire de façon plutôt spéciale : Nicolas porte les couleurs des Voltigeurs alors que Patrick évolue pour le Phoenix.

C’est le frère aîné qui sortira vainqueur de ce choc printanier. Patrick pourra se reprendre l’an prochain...

Ma prédiction : Drummondville en 5.

Mooseheads (49-15-2-2) c. Wildcats (38-21-4-5)

En recul 0-2 et 2-3 dans la série contre les Remparts de Québec, Éric Veilleux a dû ressortir ses meilleurs trucs pour relancer les Mooseheads, l’équipe hôtesse du prochain tournoi de la Coupe Memorial.

Halifax est parvenue à revenir dans la série puis à envoyer les Remparts en vacances, un mandat que bien des gens croyaient impossible après les deux premières défaites des Mooseheads à domicile.

Raphaël Lavoie, un bon espoir en vue du prochain repêchage de la Ligue nationale de hockey, a pris les choses en main. Le natif de Chambly a terminé la première ronde au sommet des meilleurs pointeurs de la LHJMQ.

De leur côté, les Wildcats ont créé une belle surprise en éliminant le Drakkar de Baie-Comeau, les favoris pour l’emporter.

Moncton a pourtant été privé de Jordan Spence, Aleksi Anttalainen et Jakob Pelletier durant une bonne partie de la série.

La commande ne s’annonce pas évidente pour les Wildcats, qui devront poursuivre sur leur lancée.

Halifax a remporté 7 des 9 confrontations entre les deux équipes des Maritimes cette année, la plupart des matchs chaudement disputés.

Quand tu gagnes trois fois en quatre matchs au Centre Henry-Leonard de Baie-Comeau en séries éliminatoires, c’est que tu joues du gros hockey.

Francis Leclerc est bien placé pour en parler : sa moyenne de 2,54 et son taux d’efficacité de 0,932 contre le Drakkar sont éblouissants. Il devra continuer de briller de tous ses feux si Moncton veut gagner la série.

Ma prédiction : Halifax en 6.

Océanic (44-20-4-0) c. Screaming Eagles (40-22-1-5)

La série de l’Océanic, qui affrontait les Saguenéens de Chicoutimi, a été plutôt courte il faut l’avouer : le seul balayage du premier tour des séries.

Serge Beausoleil et sa bande ont donc bénéficié de huit jours de congé, un repos bien apprécié à ce moment-ci de l’année.

Inutile de vous dire que le sacre contre les Saguenéens a été accepté volontiers : c’était la première ronde de séries remportée à Rimouski en quatre ans.

De leur côté, les Screaming Eagles ont remonté une pente abrupte après avoir perdu leurs deux premiers matchs de séries contre les Islanders de Charlottetown, dans une série serrée de A à Z.

Les hommes masqués auront un mot à dire dans l’allure de la série. Anciens coéquipiers au Cap-Breton, Colten Ellis et Kevin Mandolese se mesureront au deuxième tour, dans une série de format 2-3-2.

S’ils obtiennent un billet pour le carré d’as dans les prochains jours, les Screaming Eagles accèderaient en demi-finales de la LHJMQ pour la première fois depuis 2007. C’était il y a 12 ans et George W. Bush était président des États-Unis.

Une attente très longue qui va malheureusement se poursuivre pour la troupe de Marc-André Dumont.

Ma prédiction : Rimouski en 6.