Crédit : Stevens LeBlanc/JOURNAL DE QUEBEC

LHJMQ

Patrick Roy restera tant qu’il le voudra...

Publié | Mis à jour

Patrick Roy sera de retour avec les Remparts de Québec l’an prochain. Après? On verra, mais, foi du président des Remparts Jacques Tanguay, il pourra rester à la barre de l’équipe tant qu’il le voudra.

L’été dernier, Roy avait paraphé une entente de deux saisons afin de revenir en tant qu’entraîneur-chef et directeur général de la concession.

«Patrick a un contrat à vie, a renchéri Jacques Tanguay jeudi. Tant qu’il va vouloir rester, il va être le bienvenu chez nous. C’est lui qui va décider de son avenir.»

Mais, de savoir si la prochaine saison sera sa dernière ou s’il en comptera encore cinq ou 10 autres est loin d’empêcher le principal intéressé de dormir.

«Quand je me suis assis avec Jacques, j’avais mis une chose au clair et c’était que tant que j’aurai du plaisir, je vais continuer. Quand j’ai quitté le Colorado, c’était parce que je n’éprouvais plus autant de plaisir. Le fait d’avoir joué 18 ans dans la LNH et d’avoir connu le type de carrière que j’ai connu me permet de faire ce que j’aime dans la vie. Tant que je vais avoir du plaisir comme j’en ai eu cette année, je n’aurai aucune raison de regarder ailleurs.»

Et la LNH ?

En début de saison, Roy avait d’ailleurs raconté au Journal de Québec qu’après son départ du Colorado, il avait envoyé tous ses documents aux poubelles et que, pour lui, c’était terminé le rôle d’entraîneur-chef.

A-t-il changé son fusil d’épaule? Est-ce que la dernière saison passée avec les Remparts a assez ravivé la flamme pour qu’il considère un job de coach dans la LNH, si une opportunité se présentait?

«Je n’ai pas de contrôle là-dessus. Au moment où on se parle, je ne suis pas à la recherche d’un emploi. J’en ai un et je suis très heureux», a-t-il simplement mentionné.

Roy assure toutefois avoir de nouveau appris cette année, même s’il était de retour au niveau junior.

«Nous [ses adjoints Martin Laperrière, Benoit Desrosiers et lui] ne regardions pas seulement les matchs de la LHJMQ, mais aussi ceux de la LNH afin de voir les changements que certaines équipes apportaient. On a fait plusieurs expériences avant d’en arriver à la façon avec laquelle on voulait jouer et le type de structure qu’on voulait utiliser. On a fait énormément d’expériences et je pense que ç’a été bénéfique en séries.»