Impact

Impact: Piatti encore absent samedi

Publié | Mis à jour

L’Impact a vécu un match d’enfer sans Ignacio Piatti à Kansas City et il devra se débrouiller sans lui en fin de semaine.

«“Nacho”, pour le moment, est toujours à l’arrêt complet, a annoncé Rémi Garde mardi matin. Il recommence à faire un peu de vélo.

On est plutôt sur le bon chemin, mais c’est un chemin un peu long. Il n’y a pas de chance qu’il soit à New York samedi.»

On peut aussi se questionner sur la présence de « Nacho » à Washington, mardi. L’Argentin de 34 ans s’est blessé au genou droit il y a un peu plus de deux semaines, à Orlando.

Depuis, il ne s’est pas entraîné avec l’équipe et a passé l’essentiel de son temps avec les physiothérapeutes.

Oublier, mais...

Pour en revenir à la catastrophe de samedi dernier, Rémi Garde a admis que la défaite n’était pas encore complètement digérée.

«Dans un sens, le match est à oublier, mais on ne peut pas non plus fermer les yeux sur ce qui s’est passé, mais en tirer des leçons.

J’éprouve de la colère et de la déception et je m’en voulais peut-être aussi un peu. C’est une grosse, grosse déception pour les gens qui suivent le club et qui nous font confiance.»

Evan Bush estime que l’équipe s’est présentée à Kansas City sur le pilote automatique et que la dégelée aura du bon.

«Ce n’est pas une mauvaise chose d’avoir été battu de la sorte, parce que le message est clair. Si on avait perdu 3 à 1 ou 3 à 2, peut-être que le réveil n’aurait pas sonné de la même manière.

Maintenant, on n’a pas d’excuses pour ne pas aborder la prochaine semaine en étant complètement prêt mentalement.»

Mauvaise préparation

Si le gardien est aussi ferme, c’est parce qu’il estime que l’équipe n’a pas connu une bonne semaine de préparation avant de se déplacer dans le Midwest.

«La semaine de préparation n’a pas été d’aussi bonne qualité qu’elle aurait dû. On a peut-être levé le pied de l’accélérateur.

On ne perd pas un match seulement lorsqu’on le dispute, on le perd aussi dans la façon dont on se prépare pour le disputer.»

Rémi Garde a reconnu que les conditions n’étaient pas idéales dans les journées qui ont précédé la rencontre.

«Bien sûr que quand il manque trois ou quatre partants, voire cinq, dans la semaine de préparation, on essaie de les combler par d’autres moyens.

C’est peut-être là où, personnellement, je n’ai pas insisté sur les bons points.»

Constance

Ce qui déplaît surtout à l’entraîneur-chef, c’est le manque de constance de son équipe, qui alterne bons et mauvais matchs au même rythme qu’elle accumule victoires et défaites.

«Ce qui est rageant sur le début de saison, c’est notre irrégularité à aborder les matchs et à les jouer.

On est en train de jouer au yoyo dans l’intensité qu’on met dans les matchs, dans la solidarité quand on monte sur le terrain, dans notre niveau de jeu. Là, il faut vraiment que tout le monde prenne conscience de ça.»

Oui, les voyages usent, mais il espère que ses joueurs ont consulté les prochaines semaines du calendrier.

«Sur les neuf prochains matchs, il y en a six encore à l’extérieur, alors les choses ne vont pas s’améliorer. Il faut qu’on soit plus solide mentalement parce que les défaillances ont été la conséquence d’un certain dérèglement tactique.»

Voyez le reportage de Louis-Simon Lapointe dans la vidéo ci-dessus.