JiC

Jordan Weal, un des joueurs de location les plus productifs

Publié | Mis à jour

Encore une fois, une transaction exécutée par Marc Bergevin s’avère payante. Et il s’agit d’un joueur de location.

À la date limite des transactions, le directeur général des Canadiens de Montréal a échangé Michael Chaput aux Coyotes de l’Arizona en retour de Jordan Weal. Près de deux mois plus tard, ce joueur affiche la deuxième meilleure moyenne de points par match (0,62) de tous les joueurs en fin de contrat acquis le 25 février ou avant (excluant Mark Stone, qui a paraphé une prolongation de contrat de sept ans avec Vegas).

«Marc Bergevin nous prouve une chose : il achète (à prix modique)», a souligné le journaliste Renaud Lavoie lors du segment «La mise en échec», lundi, à l’émission «JiC», à TVA Sports.

À preuve, Weal, un centre droitier, est seulement devancé par Kevin Hayes (0,69), qui est passé des Rangers de New York aux Jets de Winnipeg. Pas mal, sachant qu'il a été transféré en retour d'un joueur de la Ligue américaine.

Samedi dernier, Weal a été inséré au centre de Jonathan Drouin et de Joel Armia, sur la troisieme unité. Il a fait oublier l’absence de la recrue Jesperi Kotkaniemi en récoltant un but et une aide avec un impressionnant taux de 68% dans le cercle des mises au jeu (13 en 19).

Il s’agissait de son deuxième match de deux points depuis l’échange qui l’a envoyé chez le Tricolore.

Un contrat en vue?

Les bonnes performances de Weal, qui est âgé de 26 ans, pourraient-elles inciter  Bergevin à lui offrir un contrat d’un an ou deux? Renaud Lavoie croit à ce scénario, à condition que le salaire soit logique.

«J’espère que son agent recevra un coup de fil à un moment donné, quand tout sera terminé. Tu lui donnes maximum deux millions. C’est le genre de joueur que tu veux garder dans ton organisation.»

Le dilemme, comme l’a soulevé l’animateur Jean-Charles Lajoie, c’est qu’il pourrait y avoir congestion en 2019-2020.

«Il y a des gars qui frappent à la porte. Ryan Poehling, je ne lui prédis pas une longue carrière à Laval.»

Ci-dessus, écoutez le segment «La mise en échec» avec  Renaud Lavoie et Jean-Charles Lajoie.