Impact

L’Impact subit la pire défaite de son histoire

Publié | Mis à jour

L’Impact a subi sa pire défaite depuis qu’il a accédé à la Major League Soccer en se faisant démolir 7 à 1 par le Sporting de Kansas City, dans un match où à peu près tout le monde a été mauvais, samedi après-midi.

Avant ce revers hors norme, la pire défaite remontait au 29 septembre 2018, une dégelée de 5 à 0 face au D.C. United qui avait mis fin aux espoirs de se tailler une place en séries éliminatoires.

Plusieurs joueurs locaux ont engraissé leur fiche. C’est le cas de Krisztian Németh, qui a réalisé un tour du chapeau (43e, 68e, 84e), de Johnny Russell, qui a marqué deux fois (10e, 50e) et obtenu une passe, de Gerso Fernandez et Roger Espinoza, qui ont fourni deux passes, et de Felipe Gutiérrez, qui a obtenu un but (45e+2) et une passe.

Le jeune Gianluca Busio, un ado de 16 ans, a ajouté l’insulte à l’injure à la 78e minute.

Saphir Taïder a évité le jeu blanc au onze montréalais avec son troisième but de la saison à la 89e minute.

Et malgré une première demie lamentable, Rémi Garde a choisi de conserver les onze mêmes joueurs pour amorcer les 45 dernières minutes, qui n’ont pas été plus reluisantes.

Novillo sanctionné ?

Pour Rémi Garde, la défaite est facile à expliquer. C’était un cas de David contre Goliath.

«Il y avait une équipe qui était plus forte que l’autre, a-t-il résumé. Malgré tout, on a vraiment donné le bâton pour se faire battre.»

«On a fait beaucoup trop d’erreurs, ceux qui étaient sur le terrain et ceux qui ne pouvaient pas y être.»

Il faisait ainsi allusion à Harry Novillo, qui a perdu son passeport et qui est resté à Montréal alors qu’il devait remplacer Ignacio Piatti, blessé au genou. Garde a indiqué qu’il pourrait y avoir des sanctions à l’endroit de Novillo.

Garde a soutenu que le Sporting a brillé dans sa façon de jouer parce qu’il a fait les choses simplement pendant que ses joueurs se compliquaient la vie.

«Ils ont fait une démonstration de simplicité dans le jeu collectif. On a fait trop d’erreurs dans le jeu individuel et dans la manière dont il fallait donner la réponse.»

Atroce

L’Impact a joué une première demie atroce, au cours de laquelle il a accordé trois buts. Il a été encore plus mauvais dans la seconde, si c’est possible d’imaginer une telle chose.

Gerso Fernandes a été un véritable bourreau pour l’unité défensive qu’il a carrément taillée en pièces et a tué l’Impact à lui seul en se faisant complice de deux buts en toute fin de première demie. Ceux-ci ont fait très mal puisque le Sporting prenait alors une avance 3 à 0.

«Si on était arrivés à la mi-temps à 1 à 0, ce n’était déjà pas pareil, a avancé Garde. J’ai essayé de faire passer un message quand il restait 10 minutes, il n’est pas passé.»

«On a pris une belle claque, mais parfois les claques sont salutaires si on sait se reprendre derrière.»

Erreurs à profusion

L’Impact a été à la dérive dès le début du match et la barque a rapidement pris l’eau. De fait, n’eût été d’un hors-jeu, Kansas City aurait ouvert la marque dès la seconde minute de jeu.

Les trois premiers buts ont directement été causés par des erreurs ou une mauvaise couverture défensive.

Evan Bush a commis une mauvaise relance sur le premier. Shamit Shome a causé un revirement sur le second tandis que Victor Cabrera et Rudy Camacho se sont fait battre de vitesse sur les deuxième et troisième buts des locaux.

Gerso a été particulièrement mortel pour la brigade défensive, qu’il a complètement hachée menu avec sa vitesse. Il a été aussi efficace sur le flanc gauche que sur le flanc droit, permutant régulièrement avec Johnny Russell.

Pas de coupable

Malgré trois changements en raison de la suspension à Zakaria Diallo, de la blessure à Piatti et de la perte de passeport de Novillo, Garde ne veut pas lancer la pierre à ses remplaçants, Rudy Camacho, et Shamit Shome.

«Il n’est pas question de tirer à boulets rouges sur certains. Nombreux sont ceux qui ont fait des erreurs.»

«On ne va pas tirer de conclusions définitives sur ce match, mais c’est vrai qu’il faudra qu’on soit capables dans le futur de jouer pas seulement avec 11 ou 12 joueurs, mais avec plus.»