Les Partants

Montréal, les plus belles années de Marc Trestman

Publié | Mis à jour

Après un deuxième séjour dans la Ligue canadienne de football, Marc Trestman fait partie de l’aventure de la XFL, le circuit récemment réanimé par le gourou de la lutte, Vince McMahon.

Écoutez l'entrevue avec Marc Trestman dans la vidéo, ci-dessus.

L’ancien pilote des Alouettes de Montréal et, par la suite, des Argonauts de Toronto, a été nommé à la barre de la formation de Tampa Bay, au début du mois. Le nom et les couleurs de cette organisation seront dévoilés prochainement.

«Je voulais avoir l’occasion de demeurer un entraîneur-chef, mais sur une base temporaire, pas à temps plein», a-t-il raconté lors d’un entretien à l’émission «Les Partants», mardi matin, sur les ondes de TVA Sports.

Celui qui a guidé les Moineaux vers deux coupes Grey en plus d’en savourer une autre dans la Ville Reine, en 2017, dresse plusieurs similitudes entre les deux ligues.

«La XFL n’a que 10 matchs en une saison, tandis que la LCF s’étire sur 21 semaines avec des semaines de congé. C’est comme la LCF du sud, a-t-il soulevé.

«Le bassin de joueurs qui s’offrent à la ligue est aussi très semblable à celui dans la LCF.»

Souvenirs de Montréal

Même s’il amorce un nouveau chapitre de sa carrière, Trestman n’est jamais loin de Montréal et ses souvenirs sont parmi les plus beaux. Il revient fréquemment dans la métropole, d’ailleurs, là ou il vient tout juste de subir une intervention chirurgicale sur ses deux hanches.

«Franchement, lorsque je regarde ma carrière d'entraîneur, il n'y a pas une période qui fut aussi spéciale et amusante que mes cinq années passées à Montréal», a-t-il raconté.

«J'ai adoré mes étés à vivre dans une culture diversifiée. De diriger les joueurs que j’avais sous la main aussi. Nous avions un vestiaire tissé serré. Les joueurs s’aimaient et se respectaient.»

Un mot sur les Wettenhall

Si Marc Trestman a fait carrière comme instructeur en chef au niveau professionnel, c’est après tout grâce aux Alouettes. C’est dans le nid qu’il a décroché son premier mandat à la tête d’une formation.

«(Le propriétaire) Bob Wettenhall a vu quelque chose chez moi. Tu ne sais jamais ce que tu peux accomplir tant que tu n’arbores pas le chapeau d’entraîneur», a-t-il dit tout en abordant la vente potentielle de la concession.

«Bob est un propriétaire fantastique. Il a fait son possible que l’équipe connaisse du succès. Mais pour la stabilité, sur le terrain, tout passe par le poste de quart-arrière. Il faut construire autour du pivot.»

«Une fois que la situation sera réglée, ils feront un bout de chemin.»

Trestman a aussi vanté les mérites de Mike Sherman, qui a compilé un dossier de 5-13-0 à sa première saison dans la LCF.

«J’ai énormément de respect pour Mike. Si vous avez regardé l’équipe comme je l’ai fait la saison dernière, vous avez observé une bande qui travaille très fort. Ils n’ont pas laissé tomber Mike.

«Non seulement est-il un bon entraîneur, il est une très bonne personne.»

La stabilité... et un an de préparatifs!

Âgé de 63 ans, Trestman dit avoir décidé de se joindre à la XFL parce qu’elle lui offre davantage de stabilité, d’autant plus que la nouvelle ligue ne commencera ses opérations qu’en février 2020.

«J’ai aimé diriger dans la LCF et tout ce qui vient avec. L’aspect financier est intéressant ici et l’autre chose, c’est que nous avons un an pour mettre les choses en branle.»

La XFL rivalisera, à un certain degré, la NFL, mais aussi avec la Alliance of American Football (AAF), le nouveau circuit dans lequel le propriétaire des Hurricanes de la Caroline Tom Dundon a injecté 250 millions $.

«Nous avons déjà eu une rencontre qui réunissait tous les entraîneurs-chefs de la XFL et nous voulons exécuter un plan pour que les partisans puissent regarder, comprendre et respecter le jeu.»

Aux dernières nouvelles, la ligue était en pourparlers avec deux réseaux américains pour la diffusion des matchs.