Sasha Ghavami

Crédit : Marc Beaudin

LCF

Sasha Ghavami critique les agissements de la LCF

Publié | Mis à jour

TORONTO – Parce qu’il a joué franc jeu contrairement à d’autres, Sasha Ghavami estime que ses clients Mathieu Betts et Maurice Simba ont été brimés en ne pouvant pas participer au camp d’évaluation national de la Ligue canadienne de football (LCF) qui a pris fin dimanche dans la Ville Reine.

Ghavami avait informé les dirigeants de la LCF que l’ailier défensif du Rouge et Or de l’Université Laval et le bloqueur des Stingers de Concordia n’allaient pas participer aux tests physiques à Toronto, mais qu’ils souhaitaient être présents pour les entrevues. La LCF a alors retiré les invitations de Betts et Simba prétextant ne pas vouloir assumer leurs frais de logement s’ils se contentaient de faire les entrevues.

De leur côté, le bloqueur Shane Richards, des Cowboys d’Oklahoma State, et le demi défensif Matthew Boateng, des Bulldogs de Fresno State, se sont pointés à Toronto sans prévenir la LCF de leurs intentions. Ils ont été renvoyés à la maison au cours de la fin de semaine en raison de leur refus de tester, mais ils ont pu être reçus en entrevue.

Corriger le tir

«La solution est-elle de mentir? a souligné Ghavami avant de répondre à sa question. J’ose croire que les balises d’une ligue sont basées sur l’honnêteté et je vais continuer de dire la vérité. La LCF a payé pour des joueurs qui n’ont pas respecté les règles. Richards est un très bel espoir et il a eu cinq entrevues, vendredi, avant d’informer la LCF qu’il ne testerait pas le samedi. Avant de rentrer chez lui samedi, il a pu faire ses quatre autres entrevues, alors que mes clients et des clients d’autres agents n’ont pas pu être reçus en entrevue. Quant à Boateng, il était blessé, ce qui expliquerait pourquoi il n’a pas testé, dimanche.»

Ghavami souhaite que la LCF modifie les règles du jeu. « Ça serait bon que la LCF soit ouverte à recevoir des joueurs qui ont eu des proday et qui reçoivent de l’intérêt au sud de la frontière comme Mathieu et Maurice ainsi que des joueurs blessés à participer au camp d’évaluation et faire les entrevues sans nécessairement être obligés de faire les tests, a-t-il expliqué. Contrairement à l’impression que ça peut donner, les joueurs canadiens sont fiers de l’intérêt que la LCF leur porte et voudraient explorer cette avenue jusqu’au bout et les entrevues sont une partie très importante du processus. Il n’y a aucun de mes clients depuis le début qui a regardé de haut la LCF, même ceux qui évoluent dans la NFL. Les équipes veulent interviewer ces gars-là et leur présence serait appréciée. Les joueurs voudraient tous être ici. Les raisons de ne pas faire les tests sont légitimes, soit une blessure ou un intérêt de la NFL. »

«La LCF doit sérieusement réfléchir à cet aspect, de poursuivre Ghavami. Cette année, il y a huit des 10 meilleurs espoirs qui ne sont pas présents. Les joueurs veulent se protéger dans l’éventualité que la NFL vienne cogner à la porte, mais la LCF demeure une option très légitime et très possible. Les bons espoirs présents, c’est bon pour la LCF et ça crée un engouement. Cette année au combine de la NFL, Kyler Murray était présent, mais il n’a fait aucun test. Il pourrait être le premier choix du repêchage.»

Cette situation se produit chaque année et la LCF devra corriger le tir si elle souhaite que les plus beaux espoirs soient présents.