Acadie-Bathurst Titan v Quebec Remparts

Crédit : AFP

LHJMQ

Des triomphes qui coûtent cher

Des triomphes qui coûtent cher

Mikaël Lalancette

Publié 21 mars
Mis à jour 21 mars

La dernière saison de hockey junior n’aura pas été facile au Nouveau-Brunwick.

Heureusement qu’il y avait les Wildcats de Moncton car les deux autres représentants de la seule province bilingue du Canada ont éprouvé de gros ennuis.

À Bathurst, le Titan a vécu une chute aux enfers après une année de rêve.

Une dégringolade de 74 points au classement, la deuxième plus grosse détérioration de l’histoire de la Ligue de hockey junior majeur du Québec, à un point du record qui appartient à l’Océanic de Rimouski après le départ de Sidney Crosby.

On savait que la deuxième moitié de saison serait difficile après le départ de plusieurs vétérans. Ce que le directeur général Sylvain Couturier n’avait pas prévu, c’était le début de saison si ardu après la conquête de la Coupe du Président et de la Coupe Memorial.

Ce qui a fait le plus mal? Une seule victoire en 34 matchs à domicile, une nouvelle marque dans la LHJMQ.

«C’est difficile à accepter, tranche Sylvain Couturier. Notre début de saison nous a fait très mal. On juge qu’on a manqué de joueurs de caractère pour affronter la tempête», résume-t-il.

Le DG a tout de même vu son contrat être renouvelé. Un vote de confiance qui survient après une année de rêve où son travail et la fidélité des gens de Bathurst auront été reconnus et récompensés.

Il restait une année à son contrat de 10 ans. Le groupe de propriétaires lui a accordé une prolongation de cinq ans.

Sylvain Couturier est donc lié au Titan, l’équipe de sa vie, pour les six prochaines années. Une stabilité incroyable pour la réalité du hockey junior.

Le grand patron du Titan voit l’avenir du bon oeil. L’équipe parlera six fois dans les trois premiers tours du prochain repêchage et l’entraîneur-chef Mario Durocher pourra mettre l’équipe à sa main dès le jour 1 du camp d’entraînement.

J’ai posé la question au DG du Titan : est-ce que ça fait mal de voir que le premier choix au total du prochain encan aurait pu appartenir au Titan s’il ne l’avait pas échangé aux Wildcats en décembre 2016?

La réponse de Sylvain Couturier ne laisse place à aucune interprétation.

«Sans l’acquisition d’Adam Holwell, jamais on n’aurait pu gagner la Coupe du Président et la Coupe Memorial. Adam a été un mentor pour Noah Dobson. Ce fut la pierre angulaire de nos conquêtes», de dire Couturier.

«Je reprendrais la même décision!»

À 350 kilomètres de la région Chaleur, l’heure est aussi au bilan à Saint-Jean, où les Sea Dogs ont aussi été exclus des séries.

Pour la deuxième année de suite, les Sea Dogs ne participent pas à la grande danse du printemps, la première équipe à rater les séries deux années de suite depuis le Drakkar de Baie-Comeau en 2010 et 2011.

L’après championnat (2017) est difficile à Saint-Jean, un peu comme ç’a avait été le cas après les deux coupes du Président de 2011 et 2012.

Le grand patron des Sea Dogs, le DG Trevor Georgie, n’a aucun regret.

L’équipe a aligné au moins cinq joueurs de 16 ans sur une base régulière (parfois huit!) et la troupe de l'entraîneur-chef Josh Dixon a fini par jouer son meilleur hockey à la fin de la saison.

Je n’ai pas pu de m’empêcher de lui demander s’il en voulait aux Tigres de Victoriaville d’avoir permis aux Cataractes de Shawinigan de se classer en séries éliminatoires au dernier jour de la saison.

Alors qu’il n’y avait pas d’enjeu, l’entraîneur-chef des Tigres, Louis Robitaille, a laissé de côté ses joueurs d’expérience, Simon Lafrance, Anthony Poulin, Mathieu Sévigny contre les Cataractes, qui avaient absolument besoin d'un point.

C’est le gardien Fabio Iacobo, plutôt que Tristan Côté-Cazenave, qui s’est retrouvé devant les poteaux pour affronter les tirs des Cataractes, qui se sont finalement inclinés en prolongation.

Le point obtenu dans la défaite des Cataractes, une 15e d’affilée, est venu mettre un point final à la saison des Sea Dogs, qui ont regardé le match dans le vestiaire des visiteurs du Centre Avenir de Moncton.

«Je ne suis pas fâché du tout! lance Trevor Georgie. On avait notre sort dans nos mains. On est déçus mais on accepte la responsabilité de notre élimination. Ça nous servira de motivation pour l’an prochain.»

Comme le Titan, les Sea Dogs ne repêcheront pas à leur rang lors du prochain repêchage, résultat de la transaction qui avait envoyé Julien Gauthier des Foreurs à Saint-Jean il y a deux ans. Une acquisition importante dans la conquête de la coupe du Président cette année-là.

Les Sea Dogs parleront au rang de l’Armada (résultat de la transaction Joseph Veleno) et misent sur plusieurs jeunes joueurs de qualité en vue des prochaines années.

Trevor Georgie a aussi quelques cartes dans son jeu : cinq choix de premier tour pour les encans 2020 et 2021, dont le premier choix du Drakkar de Baie-Comeau et des Voltigeurs de Drummondville l’an prochain.

Bref, les deux équipes exclues des prochaines séries vivent des lendemains de championnat difficiles.

Mais quand on a vécu l’euphorie de la victoire, il n’y a pas grand chose qu’on ferait différemment.

Sylvain Couturier et Trevor Georgie sont bien placés pour en parler.