Crédit : JOEL LEMAY/AGENCE QMI

LHJMQ

Un commanditaire majeur s'associe à Alexis Lafrenière

Un commanditaire majeur s'associe à Alexis Lafrenière

Mikaël Lalancette

Publié 19 mars
Mis à jour 19 mars

Ce n'était qu'une question de temps avant qu’Alexis Lafrenière ne s’entende avec un premier commanditaire. C'est maintenant fait.

Son premier partenaire commercial n’est pas le moindre. Il s’agit de la compagnie américaine Upper Deck, spécialisée dans la vente de cartes de hockey et d'articles souvenirs.

Alexis Lafrenière est nommé porte-parole exclusif de l'entreprise, rejoignant de grands noms du monde du sport comme Michael Jordan, Tiger Woods et LeBron James, qui ont accepté la même fonction avant lui.

Lafrenière devient du même coup le plus jeune porte-parole de l'histoire de l'entreprise en ce qui concerne le hockey, succédant à Wayne Gretzky, Patrick Roy et Connor McDavid.

En lui concédant cette entente de cinq ans, Upper Deck obtient les droits exclusifs de la signature du #11 de l'Océanic.

Les deux parties se sont rencontrées une première fois en Californie en août dernier, quelques jours après le tournoi commémoratif Hlinka-Gretzky, où Lafrenière avait volé la vedette.

Ce n'est pas une cachette pour personne, le jeune attaquant fait saliver. On sait qu’il sera le premier joueur choisi lors du repêchage de la Ligue nationale de hockey en 2020. Plusieurs équipes veulent le repêcher. Des entreprises veulent s’associer à lui.

Je n’ai pas besoin de vous le dire, le sport professionnel rime avec argent.

Un jeune joueur de hockey fait habituellement de gros sous quand il signe son premier contrat professionnel, puis de façon substantielle quand il accède à la LNH.

Dans le cas Lafrenière, il voit l’échéance du repêchage être repoussée d’un an en raison de sa date de naissance, le 11 octobre.

Un an avant qu’il enfile un uniforme de la LNH, des entreprises veulent déjà s’associer à lui. On flaire la bonne affaire.

Le jeune homme de Saint-Eustache avait mis la barre élevée l’an passé : 42 buts et 80 points à sa première saison chez les juniors.

Lafrenière a répondu : une récolte de 105 points et une participation au Championnat mondial junior à 17 ans. Il peut dire mission accomplie.

Similaire à Crosby

Le cas Lafrenière me rappelle (toutes proportions gardées) Sidney Crosby, qui avait signé des partenariats commerciaux à sa dernière année junior en 2005.

Quelques jours avant le début des séries, Crosby avait alors paraphé une entente de cinq ans avec Reebok qui allait lui rapporter plusieurs millions de dollars.

Le #87 de l’Océanic n'appartenait à aucune équipe de la Ligue nationale. Il s’était retrouvé dans une campagne publicitaire d’envergure, en année de lock-out dans la LNH!

En ce qui concerne la LHJMQ, c’était du jamais vu.

Quelques semaines après son repêchage, c’était au tour de Gatorade de s’entendre avec Crosby.

Bref, le jeune espoir des Penguins mettait la main sur plusieurs millions avant même d’avoir marqué un premier but dans la Ligue nationale de hockey.

Il n'aura pas déçu.

Revenons à Lafrenière, qui fera beaucoup parler de lui l'an prochain.

Pour tous ceux qui l'ont déjà rencontré, c'est un jeune de bonne famille, avec les valeurs à la bonne place, de nature plutôt réservée.

Un candidat parfait pour toute entreprise qui veut s'y associer. L'agence qui le représente, Momentum Hockey, fera tout le nécessaire pour le voir se lier à des partenaires sérieux.

Si j'avais à vous faire une prédiction, c'est la première de plusieurs ententes commerciales pour Alexis Lafrenière.

Car oui, le sport est une affaire de gros sous.