F1

Valtteri Bottas l’emporte, Lance Stroll dans le top 10

Agence QMI et TVA Sports

Publié | Mis à jour

Bien servi par sa stratégie, le Québécois Lance Stroll a terminé au neuvième rang lors du Grand Prix de Formule 1 d’Australie remporté par le Finlandais Valtteri Bottas, dimanche, près de Melbourne.

Prenant le départ de la 16e place, le Montréalais de 20 ans de l’écurie Racing Point a gagné quatre positions au départ. Installé derrière son coéquipier Sergio Perez, il a ensuite été le dernier de son groupe à passer au puits.

Bloqués par Antonio Giovinazzi, ses rivaux directs ont perdu beaucoup de temps, lui permettant de passer devant Lando Norris, Alexander Albon et Perez lorsqu'il s'est lui-même arrêté.

«Notre stratégie a toujours été de rouler un peu plus longtemps, comme nous n’étions pas en bonne position au départ, a-t-il dit au site de la Formule 1. L’objectif était de gagner quelques places dans les premières portions de la course. [...] Nous avons vu [dimanche] que la bataille sera féroce en milieu de peloton, mais nous sommes dans le coup.»

Un bon départ

Stroll n’avait fini parmi les 10 premiers que deux fois en 2018 au volant de sa Williams. Il est donc très satisfait de cette entrée en la matière.

«C’est super d’amasser des points dès le premier week-end de la saison. Toutefois, cela n’a pas été facile. J’ai dû pourchasser Nico Hulkenberg et Kimi Raikkonen pendant toute la course, en plus de tenter de contenir Daniil Kvyat et Pierre Gasly. J’avais beaucoup de pression.»

«Je lui tire mon chapeau aujourd'hui», a indiqué Christian Tortora, analyste F1 à TVA Sports, au sujet de Stroll.

«Il n'a pas faibli une seule fois (...) il n'a pas baissé les bras, il finit donc à la neuvième place, il marque deux points au Championnat du monde, a-t-il poursuivi. Bravo jeune homme!»

Perez, lui, a dû se contenter du 13e rang, après s'être élancé de la 10e place.

Bottas impérial

À l’avant, Bottas, s’élançant deuxième à bord de sa Mercedes, a pris la tête avant même le premier virage. Il a ensuite servi une véritable correction au quintuple champion du monde Lewis Hamilton, finissant un peu plus de 20 secondes devant. Malchanceux par moments, il n'avait pas gagné en 2018.

«C'est un Grand Prix un peu fou-fou, il faut bien l'avouer, puisque ce n'est pas Hamilton qui a pris l'excellent départ, mais bien Bottas», a observé Christian Tortora.

Bottas a été «intouchable» et a fait «un sans-faute tout le long de ce Grand Prix», a-t-il ajouté.

Le Finlandais a par ailleurs décroché le point boni pour le meilleur tour en course. Max Verstappen, de Red Bull, a quant à lui offert un premier podium au motoriste Honda depuis le Grand-Prix du Royaume-Uni, en 2008.

Sebastian Vettel et Charles Leclerc, de Ferrari, ont complété le top 5, à plus de 34 secondes de Verstappen.

«Après il y a eu (Kevin) Magnussen, sur la Haas, qui a fini sixième, ce qui est bien, quand même», a souligné Christian Tortora.

Enfin, le favori local, l'Australien Daniel Ricciardo, a été contraint à l'abandon à sa première course avec l'écurie Renault à la suite d'un incident survenu au départ de l'épreuve.

«Ce n'est pas quelque chose de fantastique pour lui, surtout devant son public», a mentionné l'analyste.