Europe

Zidane, retour gagnant !

AFP

Publié | Mis à jour

Déjà l'effet Zinédine Zidane! Inaugurant son deuxième mandat au Real Madrid, l'entraîneur français a guidé l'équipe merengue vers un succès 2-0 face au Celta Vigo, samedi en Championnat d'Espagne, avec des buts d'Isco et Gareth Bale, anciens bannis relancés par «Zizou».

De retour au stade Santiago-Bernabeu, Zidane a remis dans le bain ses vieux grognards boudés par son prédécesseur Santiago Solari: le gardien Keylor Navas, le vice-capitaine Marcelo, le meneur de jeu Isco et la vedette Bale.

Et tous lui ont donné raison: Isco a ouvert la marque de près sur une passe en retrait de Karim Benzema (62e), puis Bale a scellé le score d'un tir croisé entré avec l'aide du poteau (77e).

Avec ce succès inaugural, obtenu pour son 150e match sur le banc merengue, le technicien triple vainqueur de la Ligue des champions démarre en beauté son nouveau mandat, cinq jours après son retour surprise au chevet d'un Real en pleine déconfiture.

«Je me suis senti bien, content de revenir, a savouré Zidane. Il n'y a pas beaucoup de choses qui ont changé. De toute façon, je me sens chez moi ici. Je suis arrivé comme joueur, j'ai fait toutes les étapes. Donc, je me sens vraiment bien, vraiment à l'aise. Après, tout n'a pas été parfait aujourd'hui, mais il y a eu de belles choses qui ont été faites.»

Au classement, l'équipe madrilène consolide sa troisième place (avec 54 points) et se rapproche provisoirement à deux longueurs de l'Atlético Madrid (2e, 56 points), en déplacement à Bilbao samedi soir. Le leader Barcelone (1er, 63 points) affronte dimanche le Betis Séville dans le cadre de cette 28e journée de Liga.

Zidane ovationné

Évidemment, il sera difficile d'aller chercher le Barça. Mais un nouveau souffle a traversé samedi le Bernabeu: «ZZ» était de retour dans son jardin, neuf mois après en être parti en pleine gloire.

Au moment de l'annonce des équipes, l'icône a été saluée par une ovation vibrante. Puis les partisans ont déployé une banderole et entonné un chant en l'honneur de «Zizou».

Costume sombre et baskets noires, main en visière sous le chaud soleil madrilène, Zidane a semblé vivre ce retour avec sérénité. Comme s'il n'était jamais parti. Comme un retour à la normale.

Son onze de départ a été fidèle aux hiérarchies de son premier mandat: les jeunes ont retrouvé le banc des remplaçants, ainsi que le gardien belge Thibaut Courtois, même si Zidane a promis une alternance à ce poste.

Place donc aux vieux grognards, qui avaient faim: Bale ou Isco ont effectué de longues courses défensives et un pressing intense, ce qu'ils ne faisaient pas avec Solari. Navas, lui, s'est montré sur une belle claquette (16e).

Matchs préparatoires

Il flottait déjà sur le Bernabeu comme un air de match préparatoire: la température presque estivale, le manque d'enjeu, la volonté des joueurs de marquer des points pour la prochain campagne...

Tout n'a certes pas été parfait pour le Real, qui manque désespérément d'un finisseur depuis le départ de Cristiano Ronaldo à la Juventus et a peiné à ouvrir la marque samedi.

Mais l'insistance a payé: Asensio a percé plein axe et lancé dans la surface Benzema, dont la passe en retrait a été poussée au fond par Isco (62e).

Quelle libération pour le petit Andalou ! Mis au placard par Solari, qui l'avait tancé publiquement sur son hygiène de vie, il avait été titulaire pour la dernière fois mi-janvier et a reçu samedi l'ovation du Bernabeu.

Ce but lui fera du bien, tout comme à Bale (77e), très critiqué ces derniers mois et cité parmi les possibles candidats au départ.

«Ce que j'attends de mes joueurs, c'est qu'ils retrouvent leurs sensations, a souligné Zidane. Ce que je veux, c'est que le deuxième match qu'on aura à faire (le 31 mars contre Huesca), il soit meilleur que celui-là.»