Crédit : ANNIE T. ROUSSEL/JOURNAL

LHJMQ

LHJMQ : Fin de saison endiablée

Publié | Mis à jour

On y est, déjà. Il ne reste que deux parties à disputer à toutes les équipes de la LHJMQ. Deux matchs qui dicteront la suite des choses puisque plusieurs duels de premier tour ne sont toujours pas décidés, et la course est plus folle que jamais.

Surtout dans l’Association Est, en fait. À l’heure actuelle, seuls l’Océanic de Rimouski (3es) et les Remparts de Québec (8es) sont assurés de terminer la saison à ce rang. Pour le reste, tout est encore jouable, à commencer par le titre de champion de division.

Le Drakkar (100 pts) devance tout juste les Mooseheads d’Halifax (99 pts). Avec deux victoires contre l’Océanic, vendredi soir et samedi, le Drakkar s’assurerait non seulement de terminer premier, mais aussi se donnerait la mince chance de terminer au deuxième rang du classement général. Pour ce faire, il faudrait toutefois que les Voltigeurs de Drummondville perdent leurs deux rencontres en temps réglementaire.

Par la suite, la course pour la quatrième place s’annonce tout aussi excitante. Il n’y a que quatre points d’écart entre ce rang, détenu actuellement par les Islanders de Charlottetown, et la septième place qu’occupent les Wildcats de Moncton.

Dernière place à l'enjeu

Quand on dit trois ou quatre places, c’est que les Cataractes de Shawinigan ne sont toujours pas assurés de terminer huitièmes dans l’Ouest. Loin de là. L’équipe de Daniel Renaud s’est littéralement écroulée en fin de saison et a perdu ses 13 derniers matchs.

Avec deux parties restantes, Shawinigan (32 pts) et Saint-Jean (31 pts) se disputeront la dernière place disponible pour les séries. Shawinigan jouera contre Chicoutimi et Victoriaville, tandis que les Sea Dogs affronteront Halifax et Moncton pour conclure.

Tout ça pendant que le Titan d’Acadie-Bathurst connaît l’une des pires saisons de l’histoire de la LHJMQ. Leurs 22 points au classement général les classent actuellement à égalité au quatrième rang de médiocrité pour le moins de points en une saison.

Disons que le lendemain de veille est pénible à Bathurst. Au moins, ils ont les souvenirs récents d’une conquête de la Coupe Memorial pour éviter la dépression.