Canadiens de Montréal

Andrew Shaw, beaucoup plus qu'un plombier!

Andrew Shaw, beaucoup plus qu'un plombier!

Marc-André Perreault

Publié 14 mars
Mis à jour 14 mars

Il suffit de prononcer Andrew Shaw dans le vestiaire des Canadiens pour voir des sourires.

C’est vraiment lui le clown, celui qui est capable de calmer tout le monde avec son humour.

Un coéquipier me disait récemment que ses blagues ne sont pas toujours drôles, mais parce que ça vient de lui, c’est drôle.

Il y a aussi le Andrew Shaw drôlement efficace sur la glace. Oui, il est fatigant pour l’adversaire et il est parfois (!) indiscipliné, mais il a aussi inscrit 36 points en 51 matchs cette saison.

Mais attention, 22 en 24 avant de se blesser le 31 décembre à Dallas et 12 en 15 depuis son retour. Quand même pas mal pour un gars qu’on qualifie souvent de «joueur de soutien».

Histoire incroyable

L'histoire d’Andrew Shaw est incroyable!

Ignoré deux fois au repêchage, il pensait imiter son père qui était charpentier ou encore l'un de ses frères, un plombier. C’était son plan.

Mais tout a changé à sa dernière année junior. Il passe des IceDogs du Niagara à l’Attack d’Owen Sound (avec Jordan Binnington notamment, le sauveur des Blues de St. Louis).

Shaw inscrit alors 54 points en 66 matchs et «débloque» en séries avec 17 points en 20 matchs, dont plusieurs buts importants.

«J’ai toujours su que j’étais capable d’inscrire des points, mais j’avoue avoir été un peu surpris de mes séries», m’a-t-il avoué

Il remporte finalement le titre de joueur le plus travaillant de la ligue.

À ce moment, son agent lui conseille fortement de se pointer au repêchage à St.Paul, au Minnesota.

Shaw n’est pas déçu. Les Blackhawks de Chicago le sélectionnent au cinquième tour, 139e au total, et il va jouer 37 matchs dans la LNH dès la saison suivante.

Il a finalement remporté deux coupes Stanley à Chicago et ce n’est pas un hasard s’il est maintenant avec le CH.

Une acquisition qui coûte cher, mais...

Quand Marc Bergevin a quitté l’organisation des Hawks pour devenir DG du CH, il voulait Shaw.

Il a payé cher avec deux choix de deuxième tour dont un qui est devenu Alex DeBrincat (à prendre dans tous vos pools pour les 10 prochaines années).

De plus, il le paye cher: 3 900 000 de beaux dollars pour encore trois autres saisons.

Mais c’est amplement mérité.

Shaw a une moyenne de 0,45 point par match, ce qui est comparable à Phillip Danault (3,08 M$), Nino Niederreiter (5,25 M$) et Brock Nelson (4,25 M$), notamment.

Le mot «aubaine» est peut-être exagéré, mais on semble oublier que Shaw n’est pas qu’une petite peste. C'est aussi un hockeyeur drôlement talentueux!